Saison 6 (1968-1969) / 6-01 The Dominators

6-01 The Dominators

de Norman Ashby (Mervyn Haisman & Henry Lincoln) (5 épisodes)

Réalisation : Morris Barry

Le Docteur pense emmener Jamie et Zoe vers des vacances bien méritées sur la planète pacifique Dulkis, mais le groupe découvre que la zone est radioactive. Elle est conservée par les dulciens comme une sorte de mémorial contre la guerre. Le fils du Grand Directeur, Cully débarque sur la planète avec des amis, qui sont aussitôt supprimés par de mystérieux visiteurs. Accompagnés de robots tueurs, les Quarks, les visiteurs comptent alimenter leur réacteur et n’hésitent pas à prendre comme esclave les hommes qu’ils considèrent inférieurs. L’un d’entre eux n’hésite pas à les tuer de sang-froid. Tandis que Zoe et Cully partent demander de l’aide sur la planète mère, Le Docteur et Jamie sont kidnappés par les visiteurs / dominateurs et sont obligés de ruser pour garder la vie sauve.

Image

Les Dominateurs, prêts à prouver que les hippies ont tort

Un bon début de saison avec cet arc complet, sans aucune partie reconstituée, qui comprend un épisode de moins que les arcs de la saison dernière. L’intrigue est mieux répartie et on prend nettement plus de plaisir à la suivre. La jeune Zoe fait son baptême du feu en tant que compagne et se trouve, comme elle l’avait été dans l’épisode précédent, suffisamment intelligente pour évaluer les situations et se dépêtrer des ennuis qu’elle rencontre. Elle rappelle en plus mesurée la jeune Vicki, qui venait aussi du futur, ce qui fournit un équilibre agréable au groupe, qu’on avait pas ressenti depuis le départ de Steven.  Zoe et Jamie forment tour à tour un bon duo avec Cully (Arthur Cox), le fils aventureux du directeur de la planète. Le jeune écossais, qui a grandi dans les batailles ne comprend pas le refus de combattre des Dulkis et donne beaucoup de lui-même dans cette aventure.

ImageLe nouveau trio de choc de Doctor Who

Bien peu dans l’air de son temps, the Dominators traite des dangers d’un pacifisme total, et en particulier de la nécessité de conserver un œil sur l’extérieur et une armée qui puisse permettre de se défendre en cas de menace. Ainsi lorsque le plus gradés des dominateurs vient réclamer des esclaves sur la planète Dulkis, le Conseil ne peut rien faire qu’acquiescer. Dans la même veine « réaliste », le Docteur se permet même de faire le coup de l’arroseur arrosé aux bellicistes à la fin de l’arc, ne faisant rien de moins qu’exploser leur vaisseau avec leur propre bombe. Etonnant. Mais Patrick Troughton est tellement à l’aise avec son personnage qu’il ferait passer n’importe quelle pilule, se permettant de jouer au parfait crétin (avec brio) face aux dominateurs pour ne pas éveiller les soupçons. A noter que The Dominators est signé du duo Heisman / Lincoln, les pères des Yéti-Bot, qui connurent des déboires avec la production de la série à cause du ton trop satirique de l’arc, au point de se voir réécrire les deux derniers épisodes et de se faire limoger. Les deux scénaristes refusèrent au final de se faire créditer sous leur nom.

ImageDeux non-violents face à un méchant Quark

N  : 7

IM : 4

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :