14-06 The Talons of Weng Chiang

14-06 The Talons of Weng Chiang

De Robert Banks Stewart et Robert Holmes (6 épisodes)

Réalisation : David Maloney

Le Docteur amène Leela dans le Londres victorien, où il compte lui montrer les coutumes de vie de ses ancêtres et un spectacle de Little Tich. Leurs projets sont contrariés par une série de mystères entourant le magicien Li H’sen Chang, qui est impliqué dans l’enlèvement de jeunes femmes lors de ses spectacles de magie, le meurtre d’un homme qui recherchait sa femme disparue et peut-être même dans l’apparition de fantômes dans le Palace Theater. Suite au décès d’un de ses complices, le Docteur et le professeur Litefoot, légiste renommé, découvrent le lien entre l’homme et l’ordre du Scorpion noir, une secte vénérant le Dieu Weng Chiang. Le dit Dieu vit en fait dans le sous-sol du théâtre et s’avère n’être qu’un homme du 51ème siècle dont l’ADN a été attaqué par son voyage dans le temps. Pour demeurer en vie, il draine l’énergie des jeunes femmes fournies par le magicien et son compagnon Sin, un homoncule répugnant. Le Docteur, Leela, le très victorien professeur Litefoot et le pittoresque régisseur du théâtre, Henry Gordon Jago, auront fort à faire pour démasquer l’horrible personnage et ses complices.

Image

Avec des vêtements, Leela se révèle plutôt embarrassante.

The Talons of Weng Chiang est un arc haut en couleur. Un vrai scénario de cinoche d’exploitation made in 70’s avec toujours les limites financières de la BBC : Des chinois stéréotypés au sein d’un mystérieux culte, un magicien style Fu Manchu, une atmosphère très fantôme de l’opéra, des situations qui renvoient aux aventures les plus tordues de Sherlock Holmes (il sera d’ailleurs cité dans l’épisode, et pas que par la tenue vestimentaire du Docteur), des rats géants (!), un  mystérieux automate nain croisé avec un porc (interprété par Deep Roy, qui personnifiera les Oompa Loompas dans Charlie et le chocolaterie), un homme déformé sous un masque. Tous ces éléments mixés rendent les six épisodes inégaux, mais l’ambiance installée parvient à conférer à certains passages un aspect particulièrement malsain et on retrouve un peu des épisodes magiques / obscurantistes dissimulant un truc scientifique qui savaient si bien conclure les saisons de Three. Mais le meilleur de The Talons of Weng Chiang vient de la parfaite dynamique entre les personnages. Four assure comme un chef en faux détective de Scotland Yard jouant sur plusieurs tableaux. L’idée de confronter Leela avec l’époque victorienne est aussi excellente que celle de l’avoir conservée dans la série, tant elle met en valeur son opposition avec les Ladies de l’époque et la détermination à foncer dans le tas qu’elle a acquise dans sa tribu. Il en découle des scènes fort cocasses avec le professeur Litefoot qui est soucieux d’éduquer cette pauvre sauvageonne. Le lâche et bonimenteur Jago rejoint le carré d’as de cet arc en mettant un peu plus d’humour aux situations dans de belles scènes en solo ou avec le Docteur, avant de rencontrer Litefoot dans une dernière partie où les deux personnages arrachent la vedette aux autres acteurs.

Image

Un chinois joué par un blanc et un cochon androïde nain joué par Deep Roy

Ce dernier arc de la saison 14 devait à l’origine être consacré à Jack l’Eventreur qui se serait avéré être un voyageur venant du futur écrit par Robert Banks Stewart (scénariste entre autres de Terror of the Zygons). Alors dans le dernier acte de ses années de service comme script editor de la série, Robert Holmes le réécrira de fond en comble. The Talons of Weng Chiang est souvent considéré parmi les meilleurs histoires de la série, y compris par Russell T. Davies qui le cite en exemple. Eccleston s’en serait même inspiré pour construire son interprétation de Nine (La filiation avec Four trouve enfin son explication!). C’est un bon arc, mais qui aurait pu être nettement meilleur ramassé sur quatre épisodes. Le rat géant provoquera de nombreux rires. Enfin le bad guy emprunte un peu trop au Maître tel qu’on l’avait vu trois épisodes auparavant. Une bonne manière de jouer sur les fausses pistes ou un manque d’inspiration selon les esprits. Une chose est sûre : Le Docteur et Leela ont tout ce qu’il faut pour rendre la prochaine saison passionnante.

 Image

Jago et Litefoot. Deux personnages qui ont tant marqué qu’ils ont eu leur spin-off audio

 N : 7

IM : 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s