20-05 Enlightenment

20-05 Enlightenment

De Barbara Clegg ( 4 épisodes )

Réalisation : Fiona Cumming

La convergence de messages du Gardien blanc et du Gardien Noir conduisent le TARDIS dans un mystérieux voilier, alors que le Gardien blanc prévient le Docteur et Tegan d’une course qu’il ne faut pas gagner. Le Docteur et Turlough partent en reconnaissance dans le voilier, qui semble de style Edwardien (du début du XXème), tout comme son équipage de matelots semble le confirmer. Restée dans le TARDIS, Tegan ne tarde pas à les suivre. Elle est aussitôt poursuivie des assiduités d’un des marins du navire, puis invitée à rester dans les lieux. Tous ne tarderont pas à comprendre qu’ils sont en fait dans un vaisseau. Les marins constituant le haut équipage du navire sont des éternels. Sous le commandant du capitaine Striker, ils participent à une course à travers le système solaire qui les met en compétition avec d’autres éternels. Leurs matelots ont été enlevés aux différentes époques de l’histoire des Hommes et ne sont là que pour divertir ces êtres supérieurs. Le Docteur comprend qu’il ne faut pas qu’un des vaisseaux gagne car le prix est l’illumination, soit le pouvoir absolu, que les immortels utiliseraient à leur guise. Accablé par le Gardien Noir qui souhaite le punir pour ne pas avoir tué le Docteur, Turlough saute par-dessus le bord du vaisseau et rejoint le vaisseau concurrent, piloté par la cruelle capitaine Wrack.

2005ELes soirées de l’ambassadeur sont toujours mieux sur Terre

Une scénariste et une réalisatrice (Fiona Cumming) pour un très bon arc qui explore une nouvelle fois dans cette saison le thème de l’immortalité. Enlightenment propose un univers à part dans la série, ainsi qu’une caste qu’on n’avait jusqu’ici pas eu l’occasion de voir. Des semi-dieux qui mènent une existence immortelle dénué d’émotions et de sentiments, et dont l’excitation réside dans cette course ainsi que dans leur jeu avec la vie des éphémères (tout ceux qui ne sont pas immortels). Ils évoquent les dieux grecs face aux mortels, mais l’apparition des matelots et la séparation des quartiers fait apparaître de façon plus prosaique le rapport de classe. Des gens oisifs se servant de l’amusement et l’excitation que peut leur procurer des gens qui sont de plus basse extraction, tout en se sentant supérieurs. On peut difficilement ne pas songer aux émissions de télé réalité qui peupleront les antennes une vingtaine d’années plus tard, exposant des pauvres bougres à des bourgeois satisfaits. La direction d’acteurs est remarquable. La froideur des éternels de l’Edwardien interpelle d’abord, puis provoque une méfiance qui se couple au fait qu’ils peuvent lire sans problème dans les pensées de tous, y compris du Docteur en dépit de son légendaire contrôle. Keith Barron (Striker) et Lynda Baron (Wrack) interprètent des leaders bien marqués (le stoicisme contre le cabotinage). On nous gratifie même d’un prétendant éternel pour Tegan. Le pauvre Marriner ne cesse de lui faire la cour durant tous l’arc, peinant à comprendre que la fascination qu’il ressent pour l’esprit en effervescence de l’australienne n’est rien d’autre qu’une forme déviante d’amour.

2005BAu moins les soirées ninja ne déçoivent jamais

Enlightenment n’était pas prévu pour figurer dans cette saison et bénéficia  de nombreuses réécritures pour servir de conclusion à la trilogie du Gardien Noir. Des réécritures qui transparaissent bien tant l’intégration des gardiens paraît artificielle en comparaison de l’intrigue de la course. Le retour des deux forces d’équilibre ne servira vraiment qu’à confronter Turlough au choix qu’il n’a pas su faire durant les trois arcs. Le rouquin cupide choisira étonnamment de rejoindre le Docteur, occasionnant un nouvel échec du Gardien noir. Le Docteur et Tegan ne broncheront pas lorsqu’il sera fait référence à la duplicité de Turlough. Savaient-ils tout depuis le début ? Peu importe. Il demeure intéressant que le script editor et la production aient choisi de poursuivre avec un compagnon qui ne soit pas un parangon d’intégrité. Une audace de plus à mettre au crédit de John Nathan-Turner et Eric Saward. Pendant ce temps, Five est plus à l’aise que jamais sans trop en faire et Tegan a clairement acquis ses galons de compagne importante. L’arc bénéficie enfin de bons effets visuels, ce qui ne gâche rien au plaisir!

2005DTurlough : Gueule de taré de l’année 1983 et nouveau compagnon régulier du Docteur

N : 9

IM : 6

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s