20-06 The King’s Demons

20-06 The King’s Demons

De Terence Dudley ( 2 épisodes )

Réalisation : Tony Virgo

Le Docteur, Tegan et Turlough loupent la planète de Turlough et se matérialisent sur Terre en 1215, au beau milieu d’un duel entre le champion du roi Jean, Sir Gilles Estram et le fils du seigneur Fitzwilliam, qui défend l’honneur de son père. Jean Sans Terre accueille les membres du TARDIS amicalement, les appelant ses démons. Evaluant qu’ils se trouvent au jour où le roi prêta le serment des croisades, le Docteur suspecte que le ce roi Jean est imposteur. Ses soupçons viennent aussi se porter sur Sir Gilles. Un chevalier de la famille du Seigneur confirme les craintes sur le roi, qu’il vient de quitter à Londres. L’imposteur allant le torturer, le Docteur intervient en provoquant Sir Gilles en duel. Ce dernier se révèle être le Maître, qui a prévu de discréditer le roi afin qu’il y’ait des révoltes qui provoquent sa chute. Ainsi il ne pourrait jamais signer la Magna Carta, texte fondateur des futures constitutions et déclaration des droits. Pour cela, il utilise Kamelion, androïde intelligent capable de prendre n’importe quelle forme, que le Maître a visiblement sous son contrôle depuis son évasion de Xeriphas.

2006 Le roi John…ou pas.

Un arc en deux parties pour terminer une saison 20 qui est pour l’instant, avec la sixième, la meilleure de la série classique. L’initiative est judicieuse, comme ce fut le cas pour le two-parter de l’an dernier. Cette incursion au Moyen Age permet de souffler après l’intrigue du Gardien Noir et de retrouver un personnage historique important de l’Histoire anglaise, qui est traité ici avec bien plus de libertés que Richard Cœur de Lion sous le premier Docteur. Five prétend que les connaissances historiques de Tegan sont biaisées, que le roi Jean était en position de refuser la Magna Carta, mais qu’il a choisi en son âme et conscience de la signer. Une position qui place Jean comme le maillon fort de la signature de la Charte, nécessité pour servir le scénario de Terence Dudley. The King’s Demons bénéficie de son format court, mais se révèle en soit être un arc rythmé qui sait utiliser avec acuité les superstitions et les clichés du Moyen-Age, pour preuve ce déguisement du TARDIS du Maître en femme de fer, instrument de torture populaire dont l’existence réelle au Moyen-Age a été démentie.

2006BUn duel à l’escrime entre le Docteur et le Maître, réminiscence de three

The King’s Demon introduit Kamelion, androïde polymorphe que le Maître souhaite utiliser pour semer le chaos sur Terre , puis dans les systèmes de l’univers. Le coordinateur d’effets spéciaux Richard Gregory et l’informaticien Mike Power montrèrent le prototype à John Nathan-Turner et Eric Saward , qui furent impressionnés au point de commander cet arc pour intégrer Kamelion dans la série, et ce malgré les difficultés rencontrées quelques années plus tôt avec K9. On les comprend tant la voix de Gerald Flood couplée aux performances du robot donnent une impression de fluidité et de réel. Malheureusement, le décès de Mike Power peu après le tournage de cet arc firent que le robot ne fit plus d’apparition dans la série, bien qu’il ait effectivement rejoint le TARDIS en fin de cet arc.

2006C Entre les deux, son processeur balance

N : 7

IM : 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s