23-02 THE TRIAL OF A TIMELORD Partie 2 – Mindwarp

23-02 THE TRIAL OF A TIMELORD

Partie 2 – Mindwarp

De Philip Martin ( 4 épisodes )

Réalisation : Ron Jones

Le procès du Docteur se poursuit sur Gallifrey et le Valeyard entend bien présenter la pièce qui le conduira à l’échaffaud. La Matrice présente comme preuve sa dernière aventure sur Thoros Beta, celle de laquelle il a été enlevé par les Time Lords. Dès leur arrivée sur la planète, Six et Peri découvrent des armes trop avancés pour les seigneurs de guerre, des autochtones. Décidant d’enquêter, ils découvrent que le Mentor Sil (l’affreux excrément hurleur de Vengeance on Varos) est sur place avec son supérieur pour délivrer ces armes en faisant des profits. Mais la vraie raison de leur venue est de trouver du bétail pour transférer l’esprit de Kif dans un hôte plus consistant avant qu’il ne meure. Pour cela les mentors ont fait venir le docteur Crozier, spécialiste ès transfert d’esprit, qui a choisi comme hôte Yrcanos, roi des seigneurs de guerre. Le Docteur et Peri parviennent à libérer Yrcanos, mais le Docteur finit par le trahir en le conduisant aux Mentors, livrant par la même occasion sa compagne. Alors que le Docteur s’allie avec ceux qui devraient être ses ennemis pour accomplir l’opération sur un nouvel hôte, Peri tente de survivre dans cet univers hostile avec pour seule allié le foudre de guerre et son fidèle écuyer à tête de loup.

2302BBrian Blessed se souvient de Flash Gordon et fait la même chose.

Comprenant les épisodes 5 à 8 du procès du Docteur, Mindwarp (titre qui apparaît uniquement sur le scénario) est vraisemblablement l’arc où Doctor Who a sauté le requin, empruntant un chemin qui rendait la série classique difficilement viable. Il est d’autant plus difficile à concevoir que John Nathan Turner et Eric Saward ait pu fournir une histoire aussi peu défendable alors que la série était sur le point d’être annulée par la BBC. Le retour inexpliqué de Sil (qui trône aisément dans le worst of du bestiaire de la série), la faiblesse des décors, la pauvreté des personnages, des retournements de situation et l’absence de réelle motivation des actes du Docteur font qu’on nage en permanence dans une sorte de flottement. Le Valeyard tente de prouver que le Docteur sacrifierait sa compagne pour sauver sa propre vie et met en évidence sa trahison envers elle. Une hypothèse qui ne surprend pas autant qu’elle le devrait. Un revirement du Docteur pour tromper ses ennemis nous avait déjà été montré dans Invasion of Time et il fut peu convaincant en ce que le Docteur de Tom Baker était alors au top de sa suffisance. Pourtant Four n’a jamais été Six. Même s’il montrait son mépris envers Leela, il ne traitait pas sa compagne comme le Docteur de Colin Baker a traité Peri. De plus, le Docteur en cours est parti trop souvent en vrille pour se porter comme défendeur de la constance morale de ses prédécesseurs. Bref. Six du coté des vilains ? Pas de quoi fouetter K9.

2302M’enfin

Si l’arc se plante dans les grandes largeurs, il reste à sauver le baroud d’honneur de Peri qui est lui plutôt choquant. Après avoir accompagné Six sur plus d’une saison en tentant de juguler ses humeurs et d’apporter un peu d’humanité aux aventures, la compagne trahie se retrouve affublée de piètres camarades et abandonnée dans la pire des situations par celui qu’elle a suivi. Dans une des seules bonnes scènes de l’arc, la jeune femme avoue que sa Terre lui manque et elle laisse deviner une pointe de regret d’avoir fait confiance au Docteur. Un sens de la retenue qui sied bien au personnage. Alors qu’on pouvait enfin espérer que Six fasse un geste pour la sauver, le TARDIS est piratté par Gallifrey et le Docteur appelé à son procès. Peri se voit greffé l’esprit de Kif et revient transfigurée dans une scène finale glaçante qui donne l’occasion à Nicola Bryant de déployer tous ses talents d’actrice. Mais cette fin semble si terrible que la voir se faire tuer ensuite ne provoque pas plus qu’un soulagement. Le calvaire de la compagne abandonnée reviendrait à l’ordre du jour dans l’encore plus glaçant The girl who waited de la saison 6 de la nouvelle série, assurément l’épisode où Moffat franchit la ligne la plus difficile à relever pour son Docteur. Le comportement inconséquent et égoïste d’Eleven envers Amy Pond fera sens par la suite, mais cet épisode laissera tout de même un goût amer que le showrunner passera maladroitement sous silence.

2302CDerniers instants complices avec Peri

Le Valeyard n’a finalement pas tort. Si John Nathan Turner et Eric Saward ont visiblement voulu rendre les Time Lords coupables de la mort de Peri par leur intervention absurde (ils téléportent le Docteur pour le juger sur un acte qu’eux-même viennent de commettre) pendant le sauvetage de Six, c’est le comportement inconséquent du Docteur qui a scellé son destin. Reste encore à savoir si toute cette histoire n’a pas été inventée par le Valeyard, une option qui serait plus acceptable mais d’une grande faiblesse scénaristique.

N : 4

IM : 7

RIP Perpugilliam Brown 😦

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :