27 / 1- 11 Boom Town

27 / 1- 11 Boom Town

De Russell T. Davies

Réalisation : Joe Ahearne

Six mois après l’attaque des Slitheen, un membre de l’impitoyable famille d’E.T venue de Raxacoricofallapatorius est toujours en vie. Blon Fel Fotch a réussi à se téléporter avant l’explosion et elle occupe désormais le poste convoité de maire de Cardiff. Pendant ce temps dans la même ville, le Docteur, Rose et le capitaine Jack réalimentent le Tardis, profitant de l’énergie laissée par la faille que Gwynneth a fermée en 1870. Mais Blon Fel Fotch compte aussi profiter de cette énergie en construisant dessus une centrale nucléaire. Dans ses prévisions, le gros BOOM que produirait la faille lui permettrait de rentrer chez elle en surfant dans l’espace (!). Alertés sur sa présence, les quatre parviennent à la coincer et ils projettent de la conduire sur sa planète où elle sera exécutée. Alors que Rose fait le point sur son histoire avec Mickey, Le capitaine Jack s’occupe du Tardis et le Docteur accepte un dîner avec celle qu’il va conduire à la mort.

2711CBoom Town fait dans l’économie : Tournage sur place à Cardiff, nouvelle patrie de Dr Who (et de mister Davies), peu de décors, beaucoup de scènes de dialogues. Nous sommes à la lisière du bottle episode. Russell T. Davies y réexploite avec cohérence et malice beaucoup d’éléments semés durant cette très bonne saison. Ecrit par le showrunner pour remplacer un épisode originellement confié à Paul Abbott (state of play, Shameless), Boom Town aborde la peine de mort, un sujet épineux dans une série comme Doctor Who, qui le traite malgré tout dans toute sa complexité. Fel Fotch semble changer, avoir des sentiments plus humains, mais elle ne manque pas une occasion pour essayer de sauver sa peau. Boom Town aborde aussi les actes des personnages et leurs conséquences, entre la savoureuse scène du dîner et l’explication de Rose et Mickey sur leur relation. Autant l’insouciance de Rose a des conséquences sur la vie de Mickey qui ne cesse de l’attendre, autant les actions du Docteur influent sur des millions de vie. La Slitheen ne se prive pas de le rappeler à ses démons, bien qu’elle n’ait aucune idée du massacre de masse qu’il a dû accomplir pour sauver l’univers.

2711Les quatre de l’apocalypse

En dépit de son sujet grave, Boom Town reste un épisode sympathique pour faire le point, se poser dans un restau, discuter et faire le tour de la capitale galloise avec quatre potes. A part sous Three période UNIT et Five période enfants perdus, rarement les interactions entre l’intégralité du cast auront été autant travaillées. Le showrunner conservera cette proximité des personnages et ce coté ‘feel good’ sur presque tout son run. Le Russell T.Davies au scénario nous a par contre habitués à mieux question action, même si cet épisode permet de révéler l’incroyable puissance du cœur du TARDIS en préparation de la fin de la saison. On savait que le vaisseau du Docteur pouvait traduire les langues, on découvre maintenant que c’est une entité à part entière capable de lire dans les pensées et dont l’énergie, accumulée par le vortex, est infinie et quasi omnipotente. A défaut de centrale, Fel Fotch décide de se servir de l’énergie du vaisseau pour activer son extrapolateur et se tailler, provoquant au passage un gigantesque séisme. Le Tardis lui offrira une troisième alternative inattendue et poétique. Le public de Doctor Who s’est rajeuni sur cette nouvelle série et les créateurs se doivent de composer avec une certaine noirceur, tout en omettant pas la responsabilité qui pèse sur le show. On sait très bien à partir de là que certaines choses ne peuvent pas arriver (comme un docteur meurtrier nazi pro peine de mort qui tue les humains avec une machette et a des gosses comme esclaves). La série arrive très bien à composer avec ces impératifs et les scénaristes se triturent les méninges pour compenser par de l’originalité, le nerf de la nouvelle série.

2711BL’ultime souper de Blon. On a connu pire compagnie.

Si cet épisode fait office de break, c’est aussi une belle note d’intention qui nous rappelle que rien ne se perd dans Doctor Who. Des références aux nouvelles aventures peuvent ressurgir alors que de nouveaux détails viennent enrichir la mythologie. L’air de rien, l’ensemble des éléments qui composeront le season finale sont déjà en place, y compris une référence bien plus appuyée au Bad Wolf (Blaidd Drwg en gallois) dans le bureau de Margaret/Blon.

N : 7

IM : 6

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s