28 / 2-05 & 06 Rise of the Cybermen & The Age of steel (Le Règne des Cybermen)

28 / 2-05 & 06  Rise of the Cybermen & The Age of steel (2 épisodes)

De Tom McRae

Réalisation : Graeme Harper

Le Docteur, Rose et Mickey ont dévié du vortex temporel pour atterrir dans un Londres parallèle surplombé par des zeppelins. Les londoniens se baladent avec des earpods, écoutilles fixées à leur oreilles qui permettent à leur cerveau de downloader les infos de Cybus Industries. Le magnat John Lumic qui détient cette gigantesque corporation est un homme malade qui a créé pour se soigner une technologie capable de conserver le cerveau humain dans un corps d’acier robotique. A travers ses Cybermen, Lumic va pérenniser le cerveau humain et détruire les émotions. Son idée, il compte la propager à l’espèce humaine en ouvrant un nouvel âge. Après un refus marqué du président de sa terre natale (l’Angleterre of course!), il prend le contrôle des ear pods et chaque humain se dirige de plein gré vers des usines à upgrader ou ils seront un à un transformés en cybermen. La solution finale de John Lumic trouvera des obstacles dans l’équipe du Docteur0, Peter Tyler et un groupe d’anarchistes ayant refusé de porter les earpods : les preachers.

2805

Quand le Téléthon suffit pas, il faut bien bien prendre les devants

Voici le grand retour des Cybermen, qu’on n’avait plus vus depuis leur défaite cuisante de Silver Nemesis en 1988, mais que Russell T. Davies n’avait pas oubliés, preuve en était ce costume aperçu dans le musée Van Statten de Dalek. Rise of the Cybermen / Age of Steel est un bon diptyque SF qui fait entrer les têtes de robot dans l’ère moderne. Le personnage de John Lumic (Roger Lloyd Pack, très convaincant) apporte une dimension plus humaine et un recul face aux décennies de gogo humains dont les robots ont pu profiter. Le richissime scientifique a clairement le dessus sur sa création et sa mégalomanie trouve visiblement sa source dans la grande souffrance de sa maladie. La mise en évidence des humains à l’intérieur des robots (notamment par la transformation d’un personnage clé) est aussi un fait notable qui donne du relief à une histoire qui aurait pu être très froide.

2805B

Rien de tel que des retrouvailles avant un UPGRADE

Le thème du contrôle des masses est de retour. Après les media, la télé-réalité ou le contrôle par le sang, c’est un dispositif délivrant l’information qui permet de transformer les gens en zom-bot. Le procédé est répétitif dans l’ère Davies, mais il fonctionne encore très bien en ce qu’il met en avant la menace, bien plus actuelle qu’en 2006, des objets connectés. Ayant accepté un premier upgrade pour leur commodité, les londoniens n’ont plus la possibilité de contrôler l’upgrade suivant, qui sera fatal à leur humanité. Entre l’ingéniosité de Lumic qu’il loue et la passivité des moutons qu’il déplore, Le Docteur optera pourtant une nouvelle fois pour préserver cette étincelle d’imagination et d’émotion qui serait anéantie par le règne des Cybermen.

2805D

Moins confortable que le trône de fer. Moins cher aussi.

On a déjà eu à faire à un univers parallèle lors de la trilogie E-space du quatrième Docteur (Four y’avait même recruté Adric et lâché Romana et K9). Mais cette fois-ci nous nous retrouvons Londres parallèle qui confronte les héros à des doubles potentiels. Dans l’univers du Docteur, on ne saute pas de monde comme on voyage dans le temps et l’espace. C’est un bug dans le TARDIS qui conduit les trois héros dans l’univers alternatif. Ici, Torchwood existe aussi (pas moins de deux références), la grand-mère de Mickey et vivante. On est aussi heureux de retrouver Peter Tyler vivant après Father’s day. Le père de Rose est devenu le dirigeant d’une grande firme de boissons énergétiques sous le contrôle de Lumic (qui possède tout, donc normal). C’est d’ailleurs dans le manoir des Tyler, lors d’une réception pour les 40 ans de Jackie que les cybermen font leur premier coup d’éclat. Ici, Pete et Jackie n’ont pas d’enfants et Rose est un chien! Rose devra faire face à ce monde ou ses parents sont réunis.

2805C

Ce n’est pas elle qui succombera aux sirènes de ce monde, mais Mickey Smith, le véritable héros de ce double épisode. Passé de petit copain, à ex, puis compagnon de fortune, il est au début de l’épisode au stade de la compétition avec Rose pour les faveurs du Docteur. Une compétition perdue d’avance car Ten choisira fatalement Rose. Le double de Mickey se trouve être le membre le plus influent des rebelles. A son contact, Mickey prend conscience de ce dont il est capable et c’est lui qui finit par sauver la mise aux hommes et au Docteur (pas la première fois que Mickey sauve le monde, mais jamais de manière aussi triomphale). Mickey Smith choisira de rester dans l’univers parallèle sans aucune possibilité de retour. Ses adieux à Rose sont déchirants. Ainsi finit l’histoire de deux jeunes londoniens anonymes qui ont fini par voyager à travers les étoiles. Ainsi se scelle la légende de Rose, du Docteur et du TARDIS.

2806

So long Rickey Smith !

N : 8

IM :7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s