28 / 2-07 The Idiot’s Lantern (L’Hystérique de l’étrange lucarne)

28 / 2-07 The Idiot’s Lantern

de Mark Gatiss

Réalisation : Euros Lyn

1953. Londres s’apprête à assister au couronnement d’Elizabeth II. Pour ça il y’a bien peu de télévisions à l’époque mais l’électricien d’en face ouvre heureusement la braderie sur les boîtes à image. D’étranges phénomènes menacent bientôt le paisible quartier du jeune Tommy Conolly. Dans les demeures, les gens se transforment en monstres et les flics viennent faire des rafles pour éradiquer le problème. Après une visite chez les Conolly, Rose et le Docteur enquêtent sur le phénomène chacun de leur côté. Le Docteur découvre la planque ou sont entreposés les freaks sans visage et Rose remonte la piste jusqu’au vendeur de télé. Celui-ci est à la solde d’une entité appelée The Wire (rien à voir avec la série), emprisonnée dans un poste et qui compte profiter de l’audimat du couronnement pour se régénérer grâce à la cervelle des téléspectateurs.

2807Who you gonna call?

Comme l’annonçait Mickey à la fin de l’épisode des Cybermen, la saison sera désormais un « Doctor & Rose show ». Le couple prend bien du plaisir à cette investigation dans le foyer anglais type (en apparence) des années 50. Rose s’émancipe un peu trop et se retrouve en fâcheuse position. Le Docteur ne recule devant rien pour la sauver, normal vu qu’on sait que leur relation a passé la cinquième depuis un bail. Ils ne peuvent plus vivre l’un sans l’autre. Mark Gatiss rend une de ses meilleures copies avec ce scénario centré sur l’arrivée de la télévision dans les foyers. Sujet prometteur, exploité dans ses moindres recoins, et mieux encore. D’abord à travers l’émerveillement teinté de méfiance avec lequel les anglais des 50’s accueillirent la boîte à images. La grand-mère dit qu’elle aspire le cerveau, on imagine que la télé nous regarde, on voit un flic ébahi devant la télévision couleur. Une grande partie de l’épisode est guidé par la peur qu’inspire ce progrès et le décalage humoristique avec notre époque ou la boîte à image fait partie de la vie de chacun. Mais en filigrane, on trouve aussi une critique de l’information globale et des programmes télé à venir propres à déposséder les gens de leur humanité, de leur sens critique, bref de leur visage.

2807BUn petit régal, ces cerveaux disponibles

Mais cet élément étranger dans le foyer n’est pas une mauvaise chose. Il arrive à point nommé pour faire voler en éclat la toute-puissance du père dans le foyer ainsi que les secrets conservés par le détenteur de l’autorité pour garder la face et conserver son pouvoir en ces lieux. Gatiss fait bien ressortir le côté transitionnel de ces années où des parents traditionalistes repliés sur la famille élèvent des enfants qui se tourneront bientôt vers les Beatles, les Stones et un monde plus ouvert. Une autre très bonne idée est d’exploiter le couronnement d’Elizabeth II, le premier du nom à avoir été suivi à télévision, véritable évènement national prompt à rassembler tous les anglais. Comme chaque épisode du passé, celui-ci est très référentiel. Il renvoie aux films de monstres, aux « yeux sans visage » de Franju et comporte beaucoup d’éléments des films noirs. D’un côté la police cache la vérité de peur de détruire la réputation de l’Angleterre pour le couronnement d’Elizabeth, de l’autre le héros ancien combattant collabore avec les autorités en dénonçant ses voisins.

2807CLa speakerine. Un mal d’un autre temps

C’est au final une vaste entreprise de dissimulation qui nuit à la découverte du vrai mal : la fausse speakerine dans la machine. Mais heureusement le Docteur est là, et l’astuce de la résolution finale est whoesque en diable !

N : 8

IM : 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s