29/3-03 Gridlock (L’Embouteillage sans fin)

29/3-03 Gridlock

De Russell T. Davies

Réalisation : Richard Clarke

 An 5 milliards 53. New New York. Alors que le Docteur voulait impressionner Martha et retrouver un peu de ses voyages avec Rose, ils atterrissent dans les bas-fonds, en plein souterrain. Presque aussitôt, Martha est enlevée par un couple qui s’engage sur le motorway, une longue route dans les airs ou s’amassent depuis des années des centaines d’automobilistes dans un embouteillage sans fin. Grâce à elle, le couple devient trois. Ils peuvent donc s’engager sur la voie rapide, qui est bien plus dangereuse qu’ils ne pensent. Le Docteur est résolu à sauver Martha. Pendant ce temps, à plusieurs lieux au-dessus, Face of Boe se rend compte de l’arrivée du Docteur et ordonne à son assistante, la novice Hame de le lui ramener.

2904
Le traffic est interrompu pour cause de voyageur sur les voies

Un embouteillage sans fin a de quoi faire froid dans le dos. Pour son retour dans le futur des terriens expatrié, dans la continuité de The End of the World et New Earth, la production de Doctor Who emploie au mieux son budget limité pour reconstruire un univers plutôt ambitieux avec des CGI souvent rudimentaires. On se retrouve dans un futur crasseux qui rappelle Blade Runner et le cinquième élément avec ses rangées infinies de véhicules volants. Si la décrépitude de la ville aide à tourner quelques scènes en décor naturel, c’est surtout la prise en compte des microcosmes de chaque auto et l’intimité avec les automobilistes qui permet de s’en sortir à si bon compte.  Le Docteur rencontre un panel pittoresque de ces exilés du futur dont un chat peu commun, Thomas Kincade Brannigan, Valérie sa compagne humaine et leur portée de chatons. Tous se réfugient dans le déni en prétendant qu’il y’a une fin à leur périple et en se consolant par des chants et une télévision retransmettant les monologues d’un hologramme. Heureusement, tout n’est pas aussi simple. Ces gens sont en fait plus des rescapés que des prisonniers.

2904B

Thomas Kincade Brannigan, un modèle d’intégration pour les chats

Pour la première fois, Martha se retrouve en danger de mort dans un monde étranger sans le Docteur à ses côtés. Freema Agyeman son lot de belles scènes qui permettent de faire passer Martha Jones de compagne idoine à personnage à part entière. En particulier lors d’une magnifique reprise collective de « the old rugged cross » premier véritable moment dans lequel le spectateur se trouve aux cotés de Martha. Son versant scientifique et pragmatique prend également le dessus en situation difficile. Elle avoue ne pas s’accommoder des chants et superstitions, mais croire (déjà) dans le Docteur, qu’elle challenge néanmoins pour qu’il la considère comme son égal. On s’oriente donc vers un rapport moins fusionnel, mais plus cérébral  de mentor/mentoré un peu à la Four /Romana. A ceci près que Martha est humaine, et que l’amourette n’est jamais loin.

2904C

Martha Jones découvre que les humains du futur ne sont pas plus fiables

Face à tous ces destins perturbés, la menace des Macra qui déchiquettent les voyageurs sur la voie rapide (des monstres qui ont bien régressé depuis que le deuxième Docteur les a affrontés)  paraît bien anecdotique. Le contexte des drogues qui causent la perte de New New York est vite expédiée, mais constitue une belle trouvaille. Le brio de Doctor Who restant le potentiel laissé par une multitude d’éléments en background. Ce contexte permet aussi la rencontre finale entre Face of Boe et le Docteur qui a été annoncée lors du précédent voyage à New New York. Au terme de l’acte héroïque qui le conduira à sa mort, Face of Boe confiera ses derniers mots au voyageur solitaire (le titre d’une chanson de Michael Jackson, et accessoirement une anagramme prophétique de la fin de la saison). Le Docteur avouera à Martha qu’il lui a menti. Gallifrey, cette planète magnifique qu’il lui a décrit au début de l’épisode, n’est plus et il est bien le dernier des Seigneurs du temps. Cette discussion mélancolique qui clôt l’épisode est le meilleur moment de Gridlock et un des meilleurs du run de David Tennant.

2904D

‘You Are Not Alone’

N : 8

IM : 7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s