Christmas Special 2008 – The Next Doctor (Cyber Noël)

Christmas Special 2008 – The Next Doctor

de Russell T. Davies

Réalisation : Andy Goddard

Nous sommes en 1851 à Londres, mais nous sommes aussi le 25 décembre 2008 pour le premier de la série de specials menant à la fin du dixième Docteur et au passage de relai de Russell T. Davies à Steven Moffat. Un Christmas Special qui a l’honneur et la difficulté de succéder au feu d’artifice de la fin de la saison 4. Davies met les petits plats dans les grands pour l’occasion car il a décidé de nous offrir deux docteurs. Rien de neuf pour les téléspectateurs des classiques. La nouvelle fait le tour de la communauté d’aficionados et dès lors, un nombre incroyable de suppositions naissent, parmi lesquels : David Morrissey sera t’il le prochain Docteur? Ben oui, on a lu le titre donc on peut légitiment le croire. Et à ce niveau, aucun Docteur n’a encore rencontré sa future incarnation. Pourtant la réponse est non (quel filou ce Davies), mais elle ne gâche pas le plaisir à voir ce très bon épisode de Noël, particulièrement bien réalisé et interprété. Nous voilà donc en 1851. Le Docteur atterrit dans le Londres victorien lorsqu’il entend une jeune femme appeler son nom. Il vient en aide à la jeune Rosita, mais voilà qu’elle lui dit qu’elle attend un autre Docteur. Puis l’autre Docteur arrive (David Morrissey donc), ce qui nous fait donc deux Docteurs. C’est un peu compliqué mais on va y venir.

30b00a
-ALLONS Y!

L’intrigue est simple. Les cybermen sont de retour du vortex dans lequel ils ont été envoyés à l’issue de la bataille de Canary Warf (02-12 & 13), ce qui arrange Russell T. Davies car il les aime bien. Et ils ont trouvé un nouveau gogo humain en la personne de Miss Hartigan, une femme forte mais terriblement revancharde envers les hommes de la société patriarcale dans laquelle elle vit. Le nouveau Docteur enquête sur différents meurtres liées à l’arrivée des Cybermen : Celui de Jackson Lake, professeur d’université dont le corps n’a pas été retrouvé et celui d’un révérend qui sera enterré le jour-même. Il se trouve qu’il a aussi sauvé la vie de Rosita lors de son périple. Alors que la femme revancharde réunit tous les notables lors des funérailles du révérend, elle convoque les cybermen pour un massacre funéraire dans les règles. La suite du plan est d’attirer des gamins pour fournir de l’électricité au CyberKing, vaisseau amiral des cybermen. Cependant, le plan ne se déroulera pas tout à fait comme prévu et il dévoilera à notre Docteur Morrissey une terrible révélation.

30b00d

Miss Hartigan s’amuse. Comme tous les gogos des Cybermen au début.

Alors qui est ce nouveau Docteur? Il ne reconnaît pas Ten, censé être son incarnation précédente, car il souffre d’une amnésie liée à sa première rencontre avec les Cybermen, il porte un sonic screwdriver au sens propre (un tournevis qui fait du bruit quand on le tape), il voyage dans un Tardis ballon dirigeable et il a absolument le même comportement, la même gestuelle, les mêmes phrases que notre Docteur. Davies s’amuse à explorer les différentes hypothèses qui nous seraient venues, notamment celle de la montre du Timelord qui pourrait contenir sa mémoire. Il nous incite aussi à croire que ce Morrissey pourrait être le Docteur qui succède à Ten, car l’échéance de David Tennant est désormais connue. Mais la vérité est ailleurs : ce type n’est tout simplement pas le Docteur. Il s’agit de Jackson Lake lui-même, qui s’est vu injecté la base de donnée des cybermen sur le seigneur du temps, ceci expliquant en partie le rôle qu’il a pris.

30b00bQuand tu découvres que tu n’es pas le Docteur, juste un obscur prof de fac

La femme de Jackson s’est faite tuer par les robots et son fils enlever par les cybermen, ce qui a déclenché un traumatisme et une fugue mentale facilitée par l’incorporation de la base de données. Une éternelle fugue, c’est aussi l’histoire du vrai Docteur. Ce special fortement introspectif précède le run final en solo de David Tennant. Il est arrivé dans la série classique que notre seigneur du temps traverse un ou deux épisodes en solitaire entre deux compagnons. Mais pour la première fois, il voyagera seul sur une durée de 5 grands épisodes. Dans cette solitude et la perte qu’ils ont subi, il y’a une forme d’empathie entre Jackson et Le Docteur qui tient plus que la mécanique assimilation de souvenir. Le Docteur ne manquera d’ailleurs pas de la faire partager au pauvre homme lorsqu’il lui dévoilera sa vie et ce qui l’a mené ici. C’est un bonheur de voir David Tennant et David Morrissey se redonner la réplique. On voit à leur complicité qu’ils s’étaient déjà croisés auparavant dans Blackpool. Morissey parvient à tenir la dragée haute à Ten et à tenir avec brio des scènes difficiles qui impliquent un registre émotionnel très fort. La jeune Rosita (Rose+Martha) est sympathique, mais trop vite assimilée à un élément obligé, pour montrer que chaque Docteur, et même celui-ci a effectivement une compagne. On peut néanmoins dire qu’elle a du punch.

30b00c

Le symbole d’une nouvelle ère industrielle. Et du budget de Noël !

The next Doctor recèle des moments superbes, les meilleurs étant certainement cet enterrement victorien qui tourne au carnage, le récit du Docteur sur la vie de Jackson et l’érection du Cyberking (ils lèvent le robot, rien de plus), mecha gigantesque qui domine la ville et entend tout bousiller sur son passage si le monde ne plie pas sous ses ordres. Aux commandes du mecha se trouve la dame Hartigan qui a su vaincre par sa seule force mentale sa propre conversion et garder ses sentiments humains intactes. Ce grand final accentue encore les visées Steampunk d’un épisode tourné vers les débuts de la Révolution Industrielle. Ce « nouvel âge industriel » prôné par la dame en rouge (qui fait bosser des chtis n’enfants pour elle) se trouve symbolisé par cette fusion parfaite de l’homme et de la Machine qui s’exerce lorsque le cerveau de la femme arrive à maîtriser la force des Cybermen. Voici donc un épisode bien excitant pour inaugurer une année de sécheresse Whosienne où les prochaines pluies auraient lieu à Pâques pour s’éteindre jusqu’au mois de Novembre. Une histoire également parfaite pour inaugurer le chemin de croix solitaire du dixième Docteur.

N : 8

IM : 7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s