November Special 2009 – Waters of Mars (La Conquête de Mars)

November Special 2009 – Waters of Mars

de Russell T. Davies & Phil Ford

Réalisation : Graeme Harper

Bowie Base One. Première base humaine sur Mars. 21 novembre 2059. Les heures de l’expédition sont comptées. Tout commence lorsque l’un d’entre eux se fait posséder par des eaux maléfiques présentes sur la planète, puis il contamine sa coéquipière. Le capitaine Adelaide Brooke (Lindsay Duncan, Servilia dans la série Rome) décide d’actionner le plan d’urgence de retour sur Terre alors que les eaux progressent et convoitent la Terre. Le Docteur ne peut se résoudre à quitter l’équipe, même s’il sait qu’il ne peut rien faire car la mort d’Adélaide Brooke est un point fixe dans l’Histoire.

30b03a

L’abus d’eau minérale est dangereux pour la santé.

Waters of Mars est un épisode très complet. Il installe une belle tension avec des scènes horrifiques efficaces dans lesquelles les personnages perdent leurs eaux  et sont réduits à l’état de vaisseau inhumain. On s’attache très vite à l’équipage, dont la caractérisation est plutôt vraisemblable. On finit par réellement croire au danger que constitue l’élément liquide. En dépit d’une grande tension dramatique, l’humour parvient aussi à faire mouche (notamment via le robot gadget gadget) et la référence aux guerriers des glaces, ancienne peuplade de Mars bien connue des classiques n’a pas été oubliée. L’émotion est aussi là quand la série se cite à travers une scène souvenir du vol de la Terre par les Daleks : La petite Adélaide Brooke se retrouve face à face avec un Dalek qui s’envole et elle se dit qu’elle le suivra dans les étoiles. Le Docteur lui explique que sa petite fille, inspirée par elle, sera le premier pilote à atteindre Proxima Centauri. Mais pour cela, Adelaide Brooke devra mourir sur Mars. L’épisode parvient  à relever le challenge retourner la doctrine du « Tout le monde vit » pour rendre un décès positif. Là pas de doute, nous sommes bien dans Doctor Who. Mais c’est avant tout le choix du Docteur de laisser mourir l’équipage que l’épisode explore, et la règle fondatrice des Seigneurs du temps de non-intervention dans un point fixe dans l’Histoire.

30b03b

Le dalek qui a mené l’humanité vers les étoiles. Mission failed.

Cette règle avait cours dans la série classique, sans avoir été réellement développée, ce qui fut rectifié à Pompéi, lorsque le Docteur libérait pour Donna un couple de romains. Un point fixe est un moment vital qui ne peut plus être modifié car il aura une prise directe sur l’Histoire. Waters of Mars aborde encore plus frontalement cette règle, plus que la série ne l’a jamais fait, en plaçant l’enjeu dans la conquête de l’espace par les humains, et donc sur le futur de l’espèce humaine. Evoquer l’inspiration comme le début de cette odyssée est très poétique, mais tout cela implique de voir le Docteur dans un dilemme philosophique : laisser mourir tous ces gens ou contrarier l’avenir de l’espèce humaine. Des deux côtés, le personnage est mis en danger. Ten fait preuve d’une arrogance désespérée en décidant qu’étant le seul TimeLord, il peut détenir l’Histoire. Il est bien aidé par le fait de savoir que son heure n’est pas venue, puisque personne n’a frappé quatre fois. La force de cet épisode est que le dilemme intervient à la fin de l’ère de Ten, à un moment de son parcours où ce choix de modifier l’Histoire ne vient pas de nulle part. Il peut être compréhensible de par l’influence de ses compagnons humains et la solitude dans laquelle il est plongé depuis quelques épisodes. On peut voir un écho à la fin du parcours de Five, qui de Docteur jovial et nonchalant, a vécu une dernière saison très sombre et désabusé.

30b03c

Water is coming !

La victoire est de courte durée. La très responsable Adelaide Brooke ne peut supporter d’être celle qui modifiera le futur des Hommes, elle finit par se suicider dès son retour sur Terre après avoir prononcé ces mots: « Le Seigneur du Temps victorieux est quelque chose de mauvais ». Ce n’est pas nous qui la contredirons. Voir le Docteur Tennant dans un état proche de celui du Maître rend la fin de l’épisode très difficile à apprécier. D’autant plus que ce revirement est logique et qu’il est le fruit de La réflexion de Ten et d’une évolution à cœur ouvert durant quatre saisons. David Tennant récolte les fruits de l’empathie qu’il a créé pour son Docteur. L’inconfort créé atteste que Russell T. Davies et Phil Ford ont aussi été brillants dans la gestion de ce retournement. A ce niveau, le passage de relai est désormais inévitable et il est annoncé par un Ood dès la fin de l’épisode.

30b03d Le Seigneur du temps victorieux. L’iconisation de Ten à contre emploi

N : 9

IM : 9

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s