32 / 6-08 Let’s Kill Hitler (Allons tuer Hitler)

32 / 6-08 Let’s Kill Hitler

de Steven Moffat

Réalisation : Richard Senior

Premier épisode de la deuxième partie de la saison 6, Let’s Kill Hitler mettait fin à un été de suspens sur la suite des aventures de Mélody Pond. Amy et Rory rejoignent le Docteur au milieu d’un champ, où se trouve écrit son nom en gros. Soudain une femme débarque sur les lieux. Il s’agit de Mels, amie d’enfance des Pond, et elle est armée. La délurée s’est faite sa propre obsession sur le Docteur durant son enfance avec les histoires d’Amy et elle compte bien dicter au seigneur du temps le prochain voyage : aller tuer Hitler. Ce qui conduit nos amis à Berlin en 1938. Mais ils ne sont pas les seuls à avoir eu l’idée. Un étrange automate qui peut prendre l’apparence de n’importe quelle personne et qui est commandé par un équipage entier miniaturisé à l’intérieur se prend pour Tom Cruise dans Valkyrie. Lorsque le robot infiltré, métamorphosé en nazi du parti, s’apprête à en finir avec Hitler, le TARDIS vient jouer les trouble-fête et…sauve Hitler.  Mais Hitler termine dans un placard car ce n’est pas le problème. Touchée par une balle tirée par Adolf, Mels se régénère en River Song (Alex Kingston). Puis la psychopathe programmée pour tuer le Dcocteur (par Mrs Kovarian, la Mary Poppins de l’Ordre du Silence) administre à celui-ci un baiser mortel. Bien décidée à s’amuser, notre Melody régénérée est dès lors poursuivie par l’équipage de justiciers temporels du Tesselecta qui fait de la meurtrière du Docteur sa nouvelle cible prioritaire. Les parents Pond se mettent aussi à la poursuite de leur vilaine fille (et meilleure amie).

3208

Rassurez-vous, le résultat est moins bordélique qu’il en a l’air. Let’s kill Hitler renoue même avec quelques une des qualités du premier épisode de la saison, tout en lui étant opposé par son ton léger : Un rythme soutenu, des idées neuves, de l’humour bien dispatché et différents personnages bien gérés dans la mesure du gros bordel de leur vie. L’attachement mutuel entre Amy et Rory devient enfin crédible, alors qu’il paraissait jusqu’ici n’être qu’à sens unique. L’irruption de Melody dans leur vie est au premier abord une belle ironie, puisqu’ils l’auront finalement élevée. Mais cette seule ironie valait-elle ce choix scénaristique ? En une poignée de saynettes, Steven Moffat se débarrasse de l’adolescence de la gamine cosmonaute, partie retrouver ses parents dans leur enfance après l’épisode américain. Du même coup, il espère donner une cohérence rétroactive à un retournement non prévu à l’origine : Mels n’était pas là au mariage de ses deux meilleurs amis, elle n’était pas là non plus lorsque le Docteur a vécu sa première aventure avec Amy Pond, (était-elle en prison?) et qui était cette gamine qui n’a jamais eu de parents ?  De manière fort commode, le montage elliptique évacue ces questions. Elle arrive à point nommé, juste après que le couple Pond et le Docteur ait appris l’existence de Melody.  Encore des personnages marionnettes reprogrammés au fur et à mesure du scénario en fonction du twist envisagé. Dans un autre épisode on y aurait plus réfléchi, mais  la facture de Let’s Kill Hitler parvient à maquiller cette nouvelle manifestation du goût du showrunner pour l’effet de manche à tout prix.

3208B

Le robot justicier spatiotemporel badass : futur joujou de Donald Trump?

Le contexte de film d’espionnage au sein du Reich passe à merveille  grâce à la présence des Tesselecta. Idée brillante, présentés et mis en image comme dans les meilleurs films de SF, ces machines à la solde d’un ordre de Punisher spatio-temporels, donnent l’enfer comme punition aux criminels de l’Histoire. Ils seront un peu le Flesh (McGuffin) de cette deuxième partie de saison, mais pour l’heure, ils apportent une des deux meilleures choses de l’épisode. La deuxième est Alex Kingston qui est juste parfaite. L’actrice s’amuse de ce retour en arrière dans la vie de River. Elle incarne à merveille cette gamine psychopathe transformée en une femme mûre l’espace d’un instant, mais qui au final est restée la même. Et arrive à faire passer toute l’intensité d’un des moments les plus importants de la vie de River Song : celui où le Docteur prononce à son oreille les mots qui changeront le cours de son existence, révélant la femme qu’elle deviendra. Sans trop souligner ce moment, Moffat capitalise sur l’actrice, sur le récit que River en a fait à Rory alors qu’elle était plus âgée et sur Murray Gold. Le premier ‘Spoiler’ prononcé par le Docteur fait aussi son effet. On comprend que dès lors, leurs rôles se sont inversés. Au final, Eleven revit grâce à Melody qui a épuisé pour lui toutes ses régénérations, mais il connaît maintenant le point fixe dans le temps qui scellera son destin et qu’elle reviendra le tuer un peu plus tard (retour de l’écran/test de grossesse du TARDIS).

3207C

Un très vieux monsieur séduit une mineure avec la bénédiction de ses parents

Placée dans un hôpital, Melody prend l’identité de River Song, se voit donné son journal en cadeau par Eleven et décide à sa sortie d’étudier l’archéologie pour retrouver le Docteur. Tout ça en deux scènes, histoire de dire que le puzzle se reconstitue. Après cet en cas alléchant, un tel empressement à combler les trous est bien décevant.

N : 8

IM : 10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s