Christmas Special 2011 – The Doctor, The Widdow and the Wardrobe

Christmas Special 2011 – The Doctor, The Widdow and the Wardrobe

De Steven Moffat

Réalisation : Farren Blackburn

1938. Eleven atterrit en catastrophe et sans TARDIS sur la Terre. Il rencontre Madge Arwell, une mère de famille qui le prend pour un ange et qui le reconduit bien gentiment au TARDIS. Trois ans plus tard, le mari de Madge, pilote de guerre, est porté disparu. Madge apprend la nouvelle la veille de Noël. Elle décide d’attendre la fin des fêtes pour le dire à ses enfants, Lily et Cyril. Toute la famille évacue Londres pour se rendre dans la propriété d’amis. Ils sont accueillis par le Docteur qui se présente comme le concierge (caretaker, en anglais, ça tape tout de même un peu plus). Un concierge un brin trop enthousiaste, au point de leur déposer un cadeau maousse au pied du sapin. La nuit tombée, Cyril ouvre le paquet et découvre une entrée vers une forêt enneigée en 5345. Il s’aventure au-delà du portail dimensionnel, le Docteur et Lily aussi pour le retrouver, puis la mère un peu plus tard. La forêt où ils sont tous coincés est prête à être brûlée avec une pluie d’acide  afin que les humains du coin puissent exploiter toutes les ressources. Les arbres cherchent alors à s’échapper à travers une forme de vie, en l’occurrence Cyril, qui devrait être leur bateau de sauvetage. Mais selon le standard des arbres, Cyril est trop faible et le Docteur aussi. Hé oui (spoiler) il faudrait un vaisseau mère pour transporter tout cette forêt. Ca tombe bien car Madge est bien décidé à retrouver ses petits et à mater (gentiment) le concierge.

3300

Laisse pas traîner tes enfants avec le Docteur

(Presque) tout le monde croit que le Docteur est mort au Lac Silencio, mais il continue sa vie dans l’ombre, de manière fort tapageuse. Ainsi ce premier épisode après son retrait démarre par l’explosion d’un vaisseau et un atterrissage style météorite (mais pas de mal, la combinaison est là enfilée de par derrière). Le Docteur clown à la limite du cartoon est toujours là, et il en fait encore plus des tonnes maintenant que l’ombre noire de la saison 6 a disparu. Cet épisode de Noël a la lourde tâche de passer après A christmas Carol, et il pâtit sans doute du grand jeu sorti par Steven Moffat sur son premier Christmas Special. The Doctor, The Widdow and the Wardrobe est une histoire mignonne, un gentil conte familial à peine obscurci par un contexte résolument grave : La mort du père de famille pilote pendant la seconde guerre mondiale. Le Docteur s’y présente une nouvelle fois comme un ange de noël qui va changer la vie (ou plutôt la mort cette fois ci) d’une personne. Steven Moffat pille ouvertement Le Lion, la sorcière blanche et l’armoire magique, premier tome des chroniques de Narnia de C.S Lewis. Si l’adaptation de la nouvelle (adaptée au cinéma dans les années 2000) à l’univers de Doctor Who n’est pas mauvaise, l’épisode sent un peu le réchauffé de Noël. L’impression de se trouver dans les clous est prégnante. L’histoire est sans surprise et bien trop centrée sur le personnage de mère courage de Claire Skinner. La métaphore du vaisseau mère qui doit trouver la force de guider ses enfants en l’absence du père fonctionne, mais elle aurait pu passer de manière moins lourde. Nous aurons tout de même le plaisir d’une apparition de Bill Bailey de Black Books en capitaine d’une équipe de reconnaissance des brûleurs de forêt venue tout droit d’Androzani Major (la même planète qui vit la fin du cinquième Docteur). Le père pilote est quand à lui interprété par Alexander Armstrong, la voix de l’ordinateur Mr Smith de Sarah Jane’s Adventures.

3300B

Une forêt entière pénètre le vaisseau mère

La dernière partie vaut tout de même le prix du voyage. Après avoir embarqué les âmes des arbres, la mère transporte la forêt à travers le time vortex par la seule force de son esprit (ce genre de chose n’arrive qu’à Noël). Durant ce voyage, Madge vivra le moment où son mari s’est écrasé et elle pourra être la lumière qui lui sauvera la vie. La petite famille réunie, le Docteur peut reprendre sa route en solo. Mais Madge le convainc de retrouver ses amis pour fêter Noël. Ainsi retrouvera t’il la demeure des Pond, qui étaient déjà au courant qu’il n’était pas mort (leur fille a vendu la mèche). Une petite larme de joie très humaine pour le Docteur, qui se rend compte qu’il était attendu pour Noël. Les producteurs Piers Wenger et Beth Willis exécutent leur dernier tour sur ce special, avant de laisser la place à Caroline Skinner sur le fauteuil pour une saison aussi tumultueuse que la précédente, mais encore très différente. La suite (seulement) à l’automne 2012.

3300C

Le vaisseau mère ramène le père d’entre les morts. Quel talent!

N : 7

IM : 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s