33 / 7-04 The Power of Three

33 / 7-04 The Power of Three

De Chris Chibnall

Réalisation : Douglas MacKinnon

3304.jpg

Un matin, de mystérieux petits cubes apparaissent partout sur Terre. La population se les approprie et ils deviennent viraux sur le web. Le Docteur propose aux Pond et à Brian Williams de veiller sur cet étrange phénomène et de prendre des mesures pour UNIT alors que lui-même repart à ses voyages dans le TARDIS.  Mais rien ne se passe pendant plusieurs mois, durant lesquels les Pond mènent pour la première fois une vie totalement normale. Ils finissent par décider de laisser tomber les voyages dans le TARDIS. Eleven débarque à leur anniversaire de mariage et il les embarque pour un voyage de 7 mois. A leur retour, il leur propose de rester un moment dans leur vie pour étudier les cubes plus en détail. Ceux-ci commencent à s’activer et attaquent leurs propriétaires en provoquant des arrêts cardiaques.  Kate Stewart convoque le Docteur à UNIT afin qu’il résolve le problème. Pendant ce temps, les cubes démarrent un compte à rebours  à partir de 7.

3304B.jpg

Le Docteur dans le milieu naturel des Pond

La solution : Le Shakri, une ancienne légende des seigneurs du temps s’est connecté à la Terre en sept portails de sept minutes. Ils comptent empêcher les humains de s’étendre à travers l’univers en arrêtant le cœur de tous les hommes. The Power of Three décrit une invasion dans la tradition Russell T. Davies  / Chris Chibnall. Elle titille la corde nostalgique de cette période avant de se résoudre d’une façon complètement abrupte. L’intrigue est donc décevante mais ses à cotés sont bien plus importants. C’est un épisode peu classique pour Doctor Who, un épisode où les personnages ont le temps de réfléchir et de faire le point, parfois dans de longues scènes posées. L’invasion n’est qu’un prétexte à rendre un dernier hommage au triangle Eleven / Amy / Rory (le vrai pouvoir des trois du titre) qui arrive en fin de parcours. Depuis de longues années (4 épisodes pour nous), les Pond mènent une double vie entre la Terre et leurs voyages avec le Docteur. Cette escale prolongée d’Eleven semble être le parfait moment pour mettre fin à cet entre-deux. Le Docteur doit se décider à lâcher les Pond, mais il ne peut s’y résoudre. Sous l’apparente normalité de ce début de saison 3, Steven Moffat a quand même réussi à glisser dans les expérimentations temporelles, mais de manière plus discrète. Ainsi une évocation d’Henri VIII dans cet épisode et dans le précédent nous permet de nous rendre compte que A town called Mercy se déroule durant la période de 7 mois de voyage qui ponctue l’anniversaire de mariage des Pond. La ligne temporelle incertaine pourrait même laisser penser que le Docteur a déjà dit adieu au couple à Manhattan.

Lorsqu’Amy lui dévoile sa volonté d’arrêter les voyages, le Docteur lui répond « Je ne fuis pas les choses, je cours vers elles avant qu’elles n’éclatent et qu’elles ne disparaissent pour toujours. Il ajoute que tout va bien, même si leurs vies ne seront plus les mêmes. Elles ne peuvent pas. Et un jour, peut-être bientôt, tu t’arrêteras. Je l’ai su depuis longtemps. Je cours vers toi et Rory avant que vous ne disparissiez de ma vie ». Est-ce le discours d’un Docteur lassé de perdre ses compagnons ou la prévision de quelqu’un qui a déjà vécu cette séparation et qui cherche à remonter la ligne des Pond pour pouvoir encore profiter d’eux. La fin de la saison 5 ne voyait t’elle pas déjà Eleven remonter la ligne temporelle de  sa compagne avant qu’elle-même ne vienne à l’oublier. Si cette option se valide, tous les épisodes proposés en ce début de saison 5 sont-ils postérieurs à Daleks in Manhattan dans la ligne temporelle du Docteur ? Quoiqu’il en soit, The Power of Three est bien le dernier épisode (dans l’ordre de production) tourné par Karen Gillan et Arthur Darvill après trois ans de service sur le show. Eleven repartira avec le couple avec la bénédiction de Brian Williams, le père de Rory, qui comprend que quoiqu’il arrive au final, ils sont en train de vivre quelque chose d’exceptionnel.

3304C.jpg

Brian Williams consacré agent de UNIT

Anticipant le 50ème anniversaire de la série, Steven Moffat a placé cette saison 7 autour de la mémoire (en général et autour des classiques) jusqu’au bouquet final qui nous fera carrément plonger dans la ligne temporelle du seigneur du temps. Chris Chibnall profite de ce long séjour du Docteur sur Terre pour faire revenir UNIT avec une belle surprise pour les spectateurs des premières heures. La scientifique Kate Stewart qui a pris la tête de l’organisation est la fille du Brigadier Lethbridge Stewart, chef de UNIT et compagnon du troisième Docteur lors de son premier long séjour forcé sur Terre. Kate est devenue scientifique et a réformé UNIT, guidée par ce que son père lui a dit du pouvoir de la science (une croyance à laquelle le Docteur n’est pas étranger).  Elle sera désormais le lien du Docteur avec UNIT.

3304D.jpg

N : 7

IM : 6

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s