33 / 7-05 The Angels take Manhattan (Les Anges prennent Manhattan)

33 / 7-05 The Angels take Manhattan

De Steven Moffat

Réalisation : Nick Hurran

En voyage à New-York avec les Pond, le Docteur lit un bouquin de Melody Malone. Rory s’absente pour chercher des cafés au milieu des statues qui ornent la ville. Le Docteur réalise alors que l’ouvrage qu’il lit parle de leur histoire. Melody Malone est River Song, et Rory a été transporté en 1938 par les anges pleureurs, où il est accueilli par sa fille. Le Docteur et Amy veulent le rattraper à cette époque, mais les distortions temporelles empêchent le TARDIS d’atterrir, les conduisant dans un cimetière à leur époque (2012) où se trouve une tombe au nom de Rory. River amène Rory chez un vieux collectionneur d’anges new-yorkais pour en savoir plus sur sa venue. Il est de nouveau transporté dans l’espace, près d’un hôtel sinistre. Le Docteur, River et Amy parviennent à l’y retrouver. Mais ils découvrent aussi une version plus vieille de lui qui meurt sous leurs yeux.

3305C.jpg

Les anges pleureurs entrent dans l’Age industriel. Fuyez, pauvres fous !

Le Docteur comprend que les anges enferment leurs victimes dans cet hôtel pour se nourrir continuellement de leur énergie temporelle durant toute leur vie, une ferme batterie pour les anges en somme. Ils ont emprisonné Rory dans cette chambre durant quarante ans. River propose créer un paradoxe pour supprimer l’existence de cet hôtel et sauver son père du destin qui l’attend. Mais Rory décide de créer lui-même le paradoxe en se jetant dans le vide. Amy le suit dans ce dernier saut. Et le paradoxe se produit. Mais dans le cimetière où ils atterrissent, Rory voit son nom sur une tombe. Un ange survivant et revanchard apparaît alors et le coince définitivement dans le temps. Pour le retrouver, Amy prend le risque de faire le même saut, une nouvelle fois, et de ne plus jamais revoir sa fille et son Docteur. Maintenant vous savez tout de la fin des Pond, et comme le dit la nouvelle règle moffatienne, ce qui est déjà connu ne peut pas être réécrit.

3305D

Les Pond s’apprêtent à faire un saut dans le vide. Une répétition avant le vrai.

L’Amérique est toujours là. Après un beau passage vers le western, The Angels take Manhattan démarre comme un roman noir, à la veille de la première histoire de Phillip Marlowe (1939). Et c’est un détective chandlérien qui se fait piéger dans la ferme batterie des Anges, Ironie whovienne que le réaliste cynique et désabusé se voye consumé par l’irrationnel sa vie durant. Femme fatale moderne, River Song ne pouvait pas se passer d’apparaître dans un de ces romans noirs, et pourquoi pas d’en être carrément l’auteure. Où en sommes-nous dans sa ligne temporelle? Suite à l’effacement du nom du Docteur de l’Histoire, elle aura été libérée de prison.

Doctor Who - Series 7

Spoilers !

Cet épisode ne fait pas que rendre hommage (et de façon élégante) à un style tout en nous ramenant la plus passionnante création Moffatienne, il clôt aussi la trilogie des anges pleureurs d’une bien belle façon, dans un jeu du chat et de la souris plutôt pervers. Vengeant le tiède double épisode où ils apparaissaient dans la saison 5, il revient aux fondamentaux de Blink (les anges ne tuent pas) tout en introduisant l’idée d’un réservoir d’énergie pour les anges, qui assigneraient leurs victime à résidence jusqu’à ce que mort s’ensuive. Idée dérangeante, qui n’a plus rien à voir avec la fin heureuse connue par l’amie de Sally Sparow. Les anges redeviennent effrayants, même si cette statut de la Liberté jure par son côté burlesque peu approprié. Mais puisqu’on est dans Doctor Who, ça peut encore passer.

Le temps peut-être réécrit, à moins de connaître la fin. Un livre devient une arme contre la mort. Une tombe une condamnation. Steven Moffat tranche enfin avec cette maxime « le temps peut être réécrit » qui collait aux talons d’Amy Pond et que sa fille a reprise à son compte d’une manière un peu trop extrême. Une réponse tardive du showrunner qui remet un peu de danger dans l’équation et qui scelle du même coup le destin du plus célèbre couple de la série. Car le tueur est une tombe, qui était apparue à l’insu d’Eleven et d’Amy un peu plus tôt. Les quelques lettres formant le nom de Rory parviennent à détruire toute possibilité que les Pond ne revoient un jour le Docteur, puisqu’ils sont déjà morts. On imagine qu’Amy a atterri cinq ans avant l’époque où Rory a été transporté, puis ils se sont retrouvés et ont vécu la suite de leur vie ensemble. Le cordon qui liait Amelia Pond à Eleven se coupe dans des adieux très émouvants à son Docteur et à sa fille. Au bon moment dirait-on, car les lunettes qu’elle porte pour lire trahissait le vieillissement qui faisait son oeuvre. Le couple Pond n’a pas connu les moments les plus joyeux de la série (ou bien juste hors champ), mais l’épilogue d’Amy Pond est parmi les plus émouvants de la série. Peut-être parceque nous n’avons pas vécu quelque années avec cette compagne, mais toute une vie. En accéléré, dans ses côtés merveilleux et souvent dramatiques, de son enfance à cette tombe en passant par sa vie de couple, nous avons connu Amelia Pond Williams de A à Z. Et c’était une sacré femme !

N : 9

IM : 8

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s