36 / 10-06 Extremis

36 / 10-06 Extremis

de Steven Moffat

Réalisation : Daniel Nettheim

Toujours atteint de cécité, le Docteur cache son état à Bill et au monde en portant ses lunettes soniques. Il est bientôt convoqué par le Pape et les membres du Saint-Siège à cause d’un texte religieux très ancien, le Veritas, qui a entraîné le suicide de tous ses traducteurs et lecteurs. Le pape demande au Docteur de lire le Veritas. Bill est dérangée au beau milieu d’un rendez-vous galant par le même pape qui débarque chez elle à bord du TARDIS. Twelve, Bill et Nardole sont conduits à l’haerecticum, la bibliothèque des textes interdits du Vatican. Ils se trouvent nez à nez avec un portail qui n’existait pas auparavant et un prêtre, le dernier traducteur déclaré disparu, qui furette dans le lieux. Ce prêtre a envoyé la traduction du Veritas aux laboratoires du CERN, avant de se suicider à son tour. Le Docteur décide de rester dans la bibliothèque et parvient à retrouver temporairement la vue pour lire le livre, mais il est interrompu par d’étranges aliens en tenue de cardinaux qui subtilisent le veritas.

3606

L’alliance contre-nature de la religion et de la science

En passant le portail, Bill et Nardole se retrouvent dans une pièce du CERN hébergeant d’autres portails, dont un donne accès au Pentagone. Un scientifique les invite à assister à l’explosion des lieux. Il leur révéle le secret du veritas : le monde dans lequel ils vivent n’est pas réel. Nardole comprend que ce ne sont pas des portails vers le CERN ou le Vatican qui sont dans la pièce, mais des projections holographiques semblables à des univers de jeux vidéos. Il se désintègre en découvrant qu’ils font eux-mêmes partie du « jeu ». Bill s’échappe par la simulation du bureau ovale de la Maison blanche et rencontre Docteur, qui a aussi lu la traduction du veritas. Il lui dévoile ce que raconte le livre : Un démon veut conquérir le monde mais pour le faire, il créé une simulation de monde pour s’entraîner à le conquérir, pleine de gens fantômes qui pensent être réels. Quiconque doute de sa réalité peut effectuer un test de l’ombre en citant une série de nombres aléatoires, ce qu’un ordinateur ne peut pas faire. Toutes les personnes faisant partie du même programme généreront la même série de nombres. Toutes ces morts n’étaient donc pas des suicides, mais des actes de rebellion. Bill comprend qu’elle est aussi une simulation, et elle meurt des mains de l’alien concepteur du jeu. L’acte de rebellion du Docteur programme sera d’envoyer la dernière heure de sa vue enregistrée sur ses lunettes soniques et les plans d’invasion des aliens au vrai Docteur (un e-mail que Twelve reçoit dans le prégénérique de l’épisode).

3606C.jpg

Nardole et Bill sur le point de découvrir l’indicible vérité

Steven Moffat est de retour dans un épisode très atypique en dehors des clous de la série moderne : Extremis ouvre un three-parter décrivant une menace d’invasion à grande échelle, une sorte de season finale posté en plein milieu de saison. Ce premier segment est ambitieux, riche et rétrospectivement d’une grande cohérence interne, bien que très éclaté dans sa narration et ponctué d’éléments mythologiques de Doctor Who. Le thème de la simulation informatique d’un monde n’est guère nouveau, Matrix l’ayant même popularisé à grande échelle. Mais il s’agissait de mondes desquels il était possible de s’évader. Si nous nous mettons dans la peau de personnages de cette simulation qui font partie intégrante du jeu, la seule façon de s’évader est de mettre fin à ses jours, sans aucun espoir de fuite dans un quelconque ailleurs. Extremis est donc un épisode d’un grand pessimisme pour une série comme Doctor Who, dans lequel les plus grands scientifiques agissent comme une secte apocalyptique et les religieux ne trouvent pas d’autres portes de sortie que le suicide (quel enfer y’a-t-il pour quelqu’un d’irréel ?). Cette noirceur laisse peu de place à l’émotion et à la fantaisie, d’autant moins qu’elle s’ajoute au secret de la cécité du Docteur (que seul Nardole partage). Autant de strates de désespoir et d’enfermement qui demandent un grand doigté pour faire passer pilule. Steven Moffat et Daniel Nettheim, bien aidés du trio Peter Capaldi / Pearl Mackie / Matt Lucas parviennent à rendre réel l’expérience de trois programmes dans leur accession à la vérité de ce qu’ils sont. Ils en profitent même pour résoudre la question en suspens du prisonnier du Docteur, à travers un flashback progressif qui ponctue l’épisode.

3606E

Twelve rencontre son créateur

Il y’a longtemps, sur une planète reconvertie en centre d’exécutions de l’univers, le Docteur a été choisi pour être l’exécuteur de Missy. C’est alors que Nardole débarqua au milieu de la cérémonie sur ordre de River Song pour demander le pardon du Docteur. Il rappela à Twelve son propre mantra, que la vertu n’est vertu qu’en dernier recours, alors qu’il n’y a plus d’espoir, ni de témoins, ni de récompenses. Le Docteur suspend l’exécution et jure de garder le corps de Missy pendant 100 ans, mais vivante, dans l’espoir impossible d’en faire quelqu’un de bien. Sa clémence démarre le long séjour sur Terre de cette saison 7. La prise de conscience du programme Twelve fait écho à son souvenir de l’exécution avortée de Missy, provoquant sa décision de sauver un monde dont il ne profitera pas. A la fois le garant de la promesse faite par le Docteur et la main d’une River Song qui continue d’agir post mortem, Nardole prend une autre dimension que le garde-fou cynique qu’il était depuis le début de la saison. Les deux compagnons et un Docteur aveugle devront maintenant faire face à l’invasion d’aliens omniscients, une menace sans précédent dans Doctor Who. Une situation qui mériterait bien de faire sortir Missy de sa retraite ?

3606D

Missy : Un cas d’école pour le débat sur la peine capitale

N : 9

IM : 7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :