37 / 11 – 10 The battle of Ranskoor av Kolos

37 / 11 – 10  The battle of Ranskoor av Kolos

De Chris Chibnall

Réalisation : Jamie Childs

La Docteure et sa team répondent à neuf signaux de détresse et se retrouvent au beau milieu d’une bataille sur le vaisseau du commandant Paltraki. Tim Shaw le Stenza (rencontré plus tôt dans le pilote) retient deux membres de son équipage sur la planète Ranskoor av Kolos en échange d’un objet important que le commandant lui a subtilisé. Tous décident de sauver les otages retenus dans un mystérieux édifice. Sur les lieux, Thirteen rencontre une Ux, ingénieure dimensionnelle spirituelle qui a construit l’édifice vivant et qui est sous le joug du Stenza. Elle le conduit jusqu’à celui qu’elle appelle son « Créateur ». Tim Shaw s’est fait passer pour un faux dieu auprès des Ux. Son plan est d’allier la connaissance des Stenza avec le pouvoir des autochtones pour construire une arme plus forte que n’importe laquelle : l’édifice dans lequel ils se trouvent. Avec cette arme, il compte se venger du Docteur et pulvériser tous ceux qui ont un jour défié les Stenzas.

3710.jpg

Tim Shaw, une mauvaise blague de pilote promu big boss de la saison

The Battle of Ranskoor av Kolos est la pire fin de saison de la série moderne et peut-être même des classiques, celle qui tombe le plus à plat et donne le moins envie d’y revenir l’année suivante. L’absence de retenu dans cette affirmation tient tant à la médiocrité de l’épisode lui-même qu’à l’absence d’effort dans la préparation préalable de ce climax et dans la montée des enjeux en vue de leur résolution sur ce final. La menace est certes localisée, mais il y’avait des tas de façons de ne pas couper complètement le contact avec Tim Shaw (dont on se souvient comme un piètre ennemi). De même, la vengeance de Graham tombe comme un cheveu sur la soupe comme il a été jusqu’ici l’élément le plus stable du lot. Son ressentiment vis-à-vis de l’alien pointe même un retour en arrière vis-à-vis de l’épisode précédent, qui laissait entrevoir une volonté de se remettre pour guider Ryan, comme le ferait un grand-père. Autre enjeu de cette fin de saison, le lien familial de ces deux-là se construit par des briques forcés, accusant également un reboot sur ce qui a été construit sur l’avant-dernier épisode.

3710B.jpg

Yaz et Paltraki errent à la recherche de quelque chose d’intéressant à faire

En dehors de la résolution de ces enjeux, l’épisode donnait l’occasion s’attarder sur la miséricorde de la Docteure (son trait principal avec la mise en avant de l’intelligence collectif) qui a laissé vivre le Stenza et l’a envoyé sur cette planète pour qu’il continue à faire sa merde. Mais le scénariste showrunner est visiblement très embêté vis-à-vis de la tiédeur de son personnage, exposant à pleine vue les conséquences de son choix sans qu’elle n’ait l’occasion de le défendre devant ses compagnons (alors que les arguments ne manquaient pas).  Il choisit d’opposer la création, œuvre du vrai Dieu, à la destruction, œuvre du faux Dieu dans une histoire qui pille une grande partie des éléments de l’épisode 4 de Star Wars. On comprend que ce canevas est juste fonctionnel pour permettre de donner une leçon sur la bonne attitude à adopter pour les personnages devant le responsable de la mort d’un proche ou lorsqu’une vie est dans la balance avec le destin d’autres planètes. Leçons qui elle-même sont aussi claires que l’ébauche d’écriture qu’est Thirteen. Jodie Whittaker a néanmoins conservé l’assurance des trois ou quatre épisodes précédents et elle fait de son mieux.

3710C

VENGEAAAANCE….GRRRR

La technologie de la Docteure est bien mise en avant et cela fait plaisir de revoir Mark Addy, même dans un rôle mineur. Mais on en vient à se demander l’intérêt de faire quelque chose de totalement neuf, qui laisse de côté 55 ans de bestiaire de la série pour que ça en vienne à ressembler à la majorité des séries SF actuelles, souvent même moins bien écrit. Cette saison est bel et bien une régression, et il faudra pour la suite se raccrocher à ce qui a été fait auparavant avec un peu plus d’humilité.

N : 5

IM : 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s