Saison 22 (1985) / 22-01 Attack of the Cybermen

22-01 Attack of the Cybermen

De Paula Moore ( 2 épisodes de 45 mn )

Réalisation : Matthew Robinson

Réparant le circuit caméléon, le Docteur cause une instabilité sur le TARDIS. Il réussit à faire stationner le TARDIS à proximité de la Terre en 1985, à quelques encablures de la comète de Halley. Pendant ce temps à Londres, le commandant Lytton s’est reconverti en braqueur. Il prépare un coup sur la Bank of England avec trois petites frappes et entreprend pour ce faire de passer par les tunnels menant à la banque. Il déclenche un signal de détresse qui est aussitôt capté par Peri et le Docteur, qui se matérialisent dans les environs pour mener l’enquête. Lytton et un de ses hommes sont pris en embuscade par des cybermen qui ont installé leur QG dans les sous-sols de la ville. L’ancien allié des Daleks leur explique qu’il est venu pour les aider et qu’il leur a sciemment livré ses complices. Le TARDIS pris d’assaut par les Cybermen, Le Docteur et Peri seront conduits sur Telos, planète qu’ils ont envahie suite à la destruction de Mondas, leur planète natale. Les cybermen ont réussi à détourner un vaisseau temporel et ils comptent bien aider la comète de Halley à se crasher sur notre planète, tout cela pour éviter que la Terre ne puisse détruire la leur en 1986. Travaillant finalement les Cryons, habitants de Telos, Lytton convainc son collègue de mettre en échec les cybermen. Pendant ce temps, le Docteur fait la connaissance de la chef Cryon, qui est retenue prisonnière par les Cybermen et deux prisonniers des cybermen s’évadent et regagnent la base cyberleader.

2201Saison 22 : le virage gangster de Doctor Who

Attack of The Cybermen est un épisode important puisqu’il inaugure le passage au format quarante cinq minutes, se rapprochant dans la forme à ce que seront les épisodes en deux parties de la série moderne. Le résultat est suffisamment rythmé et haletant pour qu’on en vienne à se demander pourquoi ce changement de format n’a pas été fait plus tôt, le seul hic résidant dans l’inutilité des deux évadés sur Telos et du policier en infiltration dans le gang de Lytton. Partant d’une intrigue de casse sur Terre, on se retrouve transporté dans l’histoire des Cybermen, temporellement au croisement de plusieurs épisodes de la série. A l’instar de l’ère de Five, l’époque de Six poursuit la capitalisation sur l’Histoire Doctor Who, solidifiant la continuité et amenant astucieusement le Docteur à flirter avec sa propre ligne temporelle. Un petit coup de coude est adressé au passage aux fans de la première heure, le TARDIS se matérialisant près de la même casse automobile d’où il était parti dans le premier arc de la série. La continuité plus récente est aussi assurée par le retour du commandant Lytton, toujours interprété par Maurice Colbourne. Contre toute attente, l’arc fait du mercenaire à la solde des Daleks un défenseur de la cause des Cryons dépossédés de leur planète. Cet habile revirement sert de leçon au Docteur qui avait conclu un peu trop rapidement à sa position d’ennemi. En pleine conversion après sa capture, Lytton mourra en héros devant le Docteur après avoir tué un cyberman.

2201CNe cryon pas victoire trop vite

L’aspect humoristique de la série semble revenir, notamment dans cette réparation impromptue du circuit caméléon qui donne l’occasion de voir le TARDIS se changer en orgue. Bien que le début de l’arc laissat préssentir un fiasco égal au précédent épisode, Colin Baker rattrape joliment le tir. Il livre une prestation toute aussi exagérée, mais qui se tempère à mesure de l’avancée des événements. Les accès de rage et petites excentricités sont même de plus en plus à propos. S’il manque d’exploser lorsqu’il apprend que les seigneurs du temps l’ont mandaté sans sa permission, il réserve une petite tape au TARDIS qui est redevenue une cabine de police et adopte un ton plus mesuré lorsqu’il s’adresse aux cryons. La remise en cause de son jugement sur Lytton permet de lui faire prendre conscience de sa faillibilité, et peut-être de perdre un peu de cette arrogance qui le caractérise. On l’aura compris. Les cybermen ne sont encore une fois pas le principal intérêt de leur arc, se faisant piquer la vedette dès la seconde partie par le mercenaire et les cryons, dont l’apparence (couplée à leur étrange attitude) fait relever un bel effort de la part du staff des effets spéciaux.

2201DLe Docteur joue du TARDIS debout

N : 7

IM : 7

21-07 The Twin dilemma

COLINBAKER

L’HEURE DU SIXIEME EST ARRIVEE

21-07 The Twin dilemma

De Anthony Steven ( 4 épisodes )

Réalisation : Peter Moffatt

Romulus et Remus, deux jumeaux terriens surdoués, reçoivent la visite d’un certain professeur Edgeworth qui efface les souvenirs de leur mémoire et les enlève à leur père. Les jumeaux sont retenus en captivité dans un vaisseau afin de travailler pour le compte de Mestor, une limace humanoïde. Celle-ci a prévu d’utiliser leurs connaissances pour mettre en orbite les deux planètes voisines autour de la planète Jaconda, qui a été envahie par son espèce. Le père des jumeaux envoie aussitôt une escouade pour retrouver ses fils, mais le vaisseau s’écrasant sur Titan 3, le commandant Lang en est le seul survivant. Pendant ce temps, le Docteur se remet difficilement de sa régénération et se révèle être un danger ambulant pour sa compagne Peri et pour le monde. Il décide de l’entraîner dans une retraite pouvant durer des dizaines d’années sur la planète Titan 3. Peri et le nouveau Docteur viennent en aide au commandant Lang, mais sont bientôt découverts par l’équipage de la limace. Sur le vaisseau, Six reconnaît le Professeur Edgeworth, qui n’est nul autre qu’un vieil ami Time Lord qu’il n’avait plus recontré depuis sa quatrième régénération. Celui-ci est contraint d’obéir aux ordres de Mestor afin de sauver son espèce de l’envahisseur limace.

21076 6 6…The Number of the Beast ?

L’originalité de the Twin Dilemma est d’introduire le nouveau Docteur en toute fin de saison. Pour le reste, c’est un arc plutôt pauvre. Les effets spéciaux continuent de plonger, avec en point d’orgue un costume de limace qui renvoie aux oubliettes la gêne du premier arc de cette saison. La première partie laissait présager d’une intrigue intéressante lorgnant vers l’espionnage (la capture des génies est une bonne idée), espoirs qu’on pouvait entretenir après l’exigence et la noirceur de The Caves of Androzani. The Twin Dilemma ne nous donnera qu’une intrigue d’invasion alien semi-mystique, qui se conclut sans grande surprise par un plan génial pour étendre cette invasion. Le Professeur Edgeworth, de son vrai nom Azmael, devait à l’origine être une régénération de K’anpo Rimpoche, vieux sage de Gallifrey qui fut le mentor du Docteur. Une confusion du scénariste en fit un professeur que le Docteur connut à l’Académie. De ce fait, le destin du personnage et son sacrifice final revêtent une importance moindre.

2107BDonc tu veux me faire croire que ce type n’est pas le Maître

Mais le plus gros problème de cet arc n’est pas son maigre scénario. A l’instar de Five, la régénération de Six entraîne des instabilités, mais dans le mauvais sens du terme. Abandonnant toute visée humoristique, la production nous gratifie d’un Docteur prétentieux, théatral à tendance maniaco-dépressive (son costume de bouffon ne lui va que trop bien), peu fiable et qui préfère sauver sa personne entre toutes choses. Un revirement à cent quatre vingt degrés au regard de l’altruisme et de l’empathie du Docteur de Peter Davison. La peur et la déception de Peri se font le reflet de la déception du spectateur, qui se voit rappeler que le Docteur n’est pas un humain et que ses névroses étaient probablement dues au fait qu’il mettait trop de cœur à s’adapter. Une explication pas si hasardeuse à la lumière de la récente réincarnation de Twelve qui creusait l’explication des efforts du Docteur pour bien paraître aux yeux des terriens. Ce déni de ce qu’il était serait-il une réaction aux déceptions que Five aura traversées ? L’auteur de cette chronique avoue être sorti de cet arc aussi perplexe que lors du transfert David Tennant / Matt Smith qui inaugurait également un Docteur plus lointain et plus imprévisible, mais se gardait néanmoins de le rendre antipathique, voire parodique. Colin Baker de garantir que nous n’avons pas encore tout vu et qu’il est de toute façon le sixième Docteur, qu’on le veuille ou non. Laissons lui le bénéfice du doute.

2107CLe retour des costumiers de The Web Planet

N : 4

IM : 7

Le nouveau générique électronico-néonesque

Saison 20 (1983) / 20-01 Arc of Infinity

20-01 Arc of Infinity

De Johnny Byrne (4 épisodes)

Réalisation : Ron Jones

Sur Gallifrey, un traître s’est approprié violemment les données biologiques du Docteur afin de les transmettre à une créature composée d’antimatière. La créature piste le TARDIS et tente de s’incarner dans le corps du Docteur, qu’elle a choisi. Elle est stoppée net dans son entreprise par l’arc of Infinity, une force inter-dimmensionnelle qui peut contrer l’antimatière. Le Docteur débarque sur Gallifrey avec Nyssa pour enquêter sur le traître, mais il est très mal accueilli par le chef de la sécurité Maxil et condamné à mort par les siens, qui préfèrent sacrifier un TimeLord plutôt que de risquer l’incarnation de la créature. Malgré l’aide de la plus si pacifique Nyssa et de son ami Gallifreyien Damon, Le Docteur est mené à la chambre de dispersion, mais sauvé in extremis par le sabotage de son agresseur. Pendant ce temps à Amsterdam, deux amis voyageurs ayant élu domicile dans une crypte reçoivent la visite d’un alien, qui dématérialise aussitôt le plus curieux des deux. Ce dernier s’avère, au miracle, être le cousin de Tegan. Ayant perdu son job, l’impétueuse australienne avait justement prévu de lui rendre visite. Aussitôt prévenue par l’ami, elle se met aussitôt sur la piste du cousin et croise de nouveau la route du Docteur. L’alien installé à Amsterdam n’est nul autre que l’homme de main crée l’être d’anti-matière qui a prévu d’envahir le corps du Docteur.

2001Les prémisses d’une tentative de viol sur Docteur.

Comme l’univers est petit. Il aura fallu que l’ennemi du moment du Docteur se planque à notre époque sur la Terre, au moment où Tegan passait dans le coin et qu’un membre de sa famille soit touché. Les mieux intentionnés pourraient penser que Tegan était destinée à revoir le TimeLord. Les plus cyniques pourraient conclure que le cliffhanger de fin de saison dernière était inutile et a mis les scénaristes dans un imbroglio difficile à résoudre. Toujours est-il que Janet Fielding est de nouveau incluse dans la série, et pour longtemps ! Arc of Infinity permet également de revenir à Gallifrey, qu’on avait quittée avant l’arrivée de Romana. Il est d’ailleurs fait brièvement référence au fait que cette dernière n’est jamais revenue chez elle. On évoque aussi le mariage de Leela, qui est visiblement toujours sur Gallifrey. L’ennemi constitué d’anti-matière se trouve être l’illustre Omega (qui s’en souvient encore ?), que les trois premières incarnations du Docteur avaient affronté pour l’arc du dixième anniversaire. Son incarnation en doppelgänger du Docteur errant dans les rues d’Amsterdam est sûrement le meilleur moment d’un arc plutôt moyen. Omega inaugure ainsi une vingtième année jonchée d’apparitions d’anciens ennemis.

2001BDu calme Colin. Tu peux bien attendre deux ans.

L’auteur de ses lignes avoue ne plus être diverti par les intrigues du Conseil de Gallifrey, sans doute par effet d’usure mais aussi par la difficulté de croire à une civilisation aussi avancée dont l’administration serait composée d’aussi peu d’âmes, au demeurant pas très fûtées. Borusa ne fait que des apparitions formelles. Le Castellan jouera évidemment contre le Docteur, aidé du chef de la sécurité Maxil qui aime un peu trop jouer du pouvoir que lui procure le poste. On retrouve à ce rôle Colin Baker, le futur sixième Docteur, qui dut à cette apparition remarquée de se retrouver sur les rangs pour prendre la suite de Peter Davison l’année qui suivit. Voir Six dans un costume hideux tirer sur Five, ça ne se refuse pas. Dans cet arc, nous retrouvons également le Celestial Toymaker Michael Gough qui joue cette fois un conseiller allié du Docteur…finalement le traître qui a vendu son dossier à Omega.

2001CTegan, impossible girl avant l’heure (ou bien un génie du hasard)

N : 6

IM : 5

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑