5-05 The Web of Fear

5-05 The Web of Fear

de Mervyn Heisman et Henry Lincoln (6 épisodes)

Réalisation : Douglas Camfield

Salamander est vaincu, mais le TARDIS se retrouve coincé dans l’espace par une étrange substance. Parvenant à s’échapper, Le Docteur, Jamie et Victoria apparaissent dans le métro londonien quarante ans après le retour du Professeur Travers du Tibet avec le costume…heu la dépouille d’un Yeti-Bot. Mais une sphère de contrôle a réactivé le Yeti et bientôt, la même substance qui retint le TARDIS prolifère dans le métro. Une équipe de militaires tente de faire exploser le tunnel du métro pour éradiquer cette toile, mais les Yeti-Bot désactivent la bombe (…). Les militaires capturent Jamie et Victoria, qui finissent par rencontrer le Professeur Travers et sa fille (pas la vraie, car rappelons-le l’interprète de Travers est le papa de Deborah Watling), et le Docteur disparaît dans le métro.

Image

Le Professeur Travers encore une mauvaise passe

Le duo Heisman / Lincoln est de retour avec les Yeti-Bots, upgradés dès leur deuxième apparition comme le furent les cybermen. Mais ils n’en sont pas plus effrayants, même pourvus d’un hurlement caractéristique et tout bullet-proof qu’il sont. En dehors de leur écosystème, les Yétis apparaissent encore plus comme une faute de goût . Mais qui dit Yeti-Bot dit Grande Intelligence, qui remet le couvert pour une nouvelle tentative de devenir le gros big bad post-Dalek de la série. L’entité manipulatrice est d’abord intéressée par le chaos dans Londres, puis par Travers et enfin par l’esprit du Docteur.

Image

Les Yeti Bot 2.0, une certaine idée de l’horreur dans le métro

Les poursuites à répétition dans le métro et les scènes à la surface plaident encore une fois pour un retour à des arcs à quatre épisodes, les six-parter de cette saison 5 ayant en commun un gros problème de rythme, qui passe d’autant moins que contrairement à la première saison, presque tous les épisodes sont ici reconstitués. Il y’a pourtant de bonnes idées, comme celle de faire revenir le Professeur Travers et de le confronter quarante ans plus tard à ceux qu’il avait connu au Tibet. Ainsi peut-on enfin voir les voyages du Docteur et de ses compagnons du point de vue d’une existence humaine normale. Les scénaristes jouent plutôt habilement sur la paranoïa suscitée par la capacité de contrôle d’esprits de la Grande Intelligence. Et puis le Docteur rencontre dans cet arc le colonel Lethbridge Stewart (Nicholas Courtney, qui jouait Bret Vyon dans The Dalek’s Master plan), qui deviendra un personnage important dans le futur.

505D

Le colonel Lethbridge Stewart, futur Brigadier

N : 5

IM : 6

Seul le premier épisode fut conservé par la BBC. Quelques secondes de l’épisode furent découvertes en Australie et rendus à la BBC par Damien Shanahan en 1996. Il s’agissait une nouvelle fois des parties censurées pour leur violence. Le 11 octobre 2013 la BBC mit à disposition sur iTunes l’intégralité de 5 des 6 épisodes suite à la découverte de copies au Nigeria. Il ne manque plus que l’épisode 3. Le 23 novembre 2020, la BBC annonce que cette partie manquante sera bientôt disponible en version animée avec les bandes audios d’origines.

5-02 The Abominable Snowmen

5-02 The Abominable Snowmen

de Mervyn Haisman et Henry Lincoln (6 épisodes)

Réalisation : Gerald Blake

Le Docteur est de retour dans un monastère tibétain qu’il avait quitté 300 ans auparavant pour rapporter une de leurs reliques qu’il conservait : le Gantha. Mais il est vite accusé du meurtre de l’assistant de  Travers, un anthropologue hébergé au Monastère. Le Docteur est emprisonné par Khrisong, le chef de la communauté. Bientôt réhabilité par le grand maître du Monastère, Padmasanbavha, lui et ses compagnons devront affronter de mystérieux Yétis robots manœuvrés à distance par le mystérieux personnage.

Image

Le Yéti-Bot. Si vous n’avez pas peur, on ne vous en veut pas.

The Abominable Snowmen est un épisode au rythme étrange, qui peut rebuter dans sa première partie en ce qu’il emprunte aux épisodes historiques de la saison 1 : autochtone suspicieux envers l’étranger, confusion qui coince le Docteur et ses compagnons. Mais une fois évacué le différend opposant le Docteur et Khrisong, l’intrigue peut se concentrer sur les étranges Yéti-bots, créatures assez laides qui semblent semer la terreur dans les environs depuis un bail. La manipulation à tiroir est bien orchestrée. Le Maître des lieux, qui connut le Docteur à sa dernière venue, manipule son prêtre (par l’hypnose) et les Yéti-Bots (par des figurines sur un plateau) tandis que le prêtre tient en son pouvoir la Communauté. Mais personne ne soupçonne que le Grand-Maître est lui-même manipulé par la Grande Intelligence, entité extra-terrestre qui le force à rester en vie depuis tout ce temps. La même entité que Moffat utilisera dans la saison 7 du relaunch ?

Image

Maître du Monastère, mais pas de lui-même…

La production du show est en pleine mutation, et l’apparition de ces affreux Yétis est à l’origine une tentative de remplacer les Daleks qui ne peuvent plus apparaître dans la série pour une question de droits (Terry Nation préparait un spin-off avec sa création). Difficile d’être effrayé par ce lointain ancêtre des Ewoks à forme de poupée russe et au déplacement peu sûr. On apprécie néanmoins l’atmosphère de cet épisode, le jeu de Patrick Troughton (toujours aussi parfait) et les deux compagnons. Kilt Jamie poursuit dans la veine du pré-Luke Skywalker, prêt à sauver sa Victoria à chaque occasion. Deborah Watling est toujours aussi charmante et en peu d’épisodes, elle réussit à s’imposer au sein des intrigues. Elle invite même son papa dans cet épisode, l’acteur Jack Watling, qui incarne le Professeur Travers.

Image

N : 7

IM : 6

Seule la deuxième partie de l’arc fut conservée dans les archives de la BBC. Cette deuxième partie comporte toutefois une légère erreur de son lorsque le Docteur examine le Yéti. Une erreur qui sera corrigée plus tard sur les restaurations des copies de l’épisode en recollant d’autres bouts de phrases prononcées par Patrick Troughton durant la série.