9-03 The Sea Devils

9-03 The Sea Devils

De Malcolm Hulke (6 épisodes)

Réalisation : Michael E. Briant

Le Docteur et Jo viennent visiter le Maître qui est désormais enfermé dans une prison Haute-Sécurité sur une île au large du sud de l’Angleterre. Mais ils viennent surtout enquêter sur de mystérieuses disparitions à répétition de bateaux dans la région. Fouillant une base, le Docteur et sa compagne ne tardent pas à tomber sur ce qui ressemble (selon le Docteur) à un silurien hostile. Ils se réfugient à la base navale du capitaine Hart pour demander de l’aide. Mais le Maître est déjà sur le qui-vive. Avec la complicité de son géôlier, le colonel Trenchard, il a pour but de faciliter le retour des reptiles afin qu’ils puissent bouter l’humain, si possible violemment, de leur ancien monde.

Image

Le premier qui rit a perdu

Cette saison 9 semble se reposer sur les acquis de la série, proposant pour le coup un quasi-remake de l’épisode Doctor Who and the Silurians doublé d’une intervention du Maître dans le style de celles dont il raffolait il n’y a pas plus de trois épisodes. Il attire ici les reptiles cousins des premiers habitants de la Terre que le Brigadier avait supprimés, les convoquant d’une manière voisine de celle avec laquelle il avait convoqué les daemons. Les Siluriens (ou Eocènes) marins subissent un petit lifting qui les rend un peu plus dérangeants, mais rien qui puisse les comparer aux diables que vend (sans doute à dessein) le titre de l’épisode. On a aussi du mal à les voir comme de véritables ennemis après le revers subis par leurs frères des sous-terrains. On comprend fort bien qu’ils veuillent revenir pour se venger, d’autant plus que le Maître les a invité.

Image

Le Maître et son nouveau joujou patriotique

Le scénario s’oriente logiquement vers une négociation du Docteur dérangée par un chef militaire venu de nulle part qui représente la part violente de l’être humain. Le Maître ajoute à l’équation une difficulté supplémentaire, représentant le petit diable sur l’épaule des Siluriens alors que le Docteur, ange accrédité, tente de leur faire entendre raison. Nous avons aussi le plaisir d’assister à quelques bonnes scènes de sous-marin (la nouveauté de l’épisode) et à un duel à l’escrime entre le Maître et le Docteur qui tourne très vite à l’avantage du second. Et d’apprendre que ces deux-là étaient presque potes de classe. Le Brigadier et ses hommes sont encore aux abonnés absents de l’épisode, sans doute jugés trop coûteux. Le sympathique Capitaine Hart (rien à voir avec Jonathan et Jennifer) prend néanmoins la relève pour cet arc avec retenue et efficacité.

Image

« A quel moment de l’histoire vais-je bien pouvoir renverser la polarité? »

N : 6

IM : 5

7-02 Doctor Who and the Silurians

7-02 Doctor Who and the Silurians

De Malcolm Hulke  (7 épisodes)

Réalisation : Barry Letts

UNIT est appelé pour enquêter sur de mystérieux problèmes de santé et une attaque dans une centrale nucléaire atypique logée près de cavernes. Confronté aux réticences du propriétaire des lieux, le Dr. Lawrence, le Brigadier appelle Le Docteur et Liz à la rescousse. Le Docteur ne tarde pas à être en contact avec un reptile qui semble venir de l’endroit où se nichent les agresseurs, les Siluriens. Un peuple qui habita la Terre avant les humains et qui dut se terrer dans des abris souterrains par peur de la lune. Revenus à la vie grâce à l’énergie de la centrale, ils comptent bien revendiquer la Terre. Le Dr. Quinn (un homme médecin), qui souhaite négocier les secrets scientifiques de leur civilisation en enlevant un des leurs, apprendra à ses dépens qu’on ne plaisante pas avec les reptiles intra-terrestres. Le Docteur tente malgré tout d’éviter une guerre ouverte en se faisant médiateur alors même que les soldats de Unit progressent dans les caves des Siluriens. Il trouve en leur chef, un scientifique, un allié de circonstance.

Image

BOO!

Maintenant que le Docteur est condamné à rester sur Terre, il faut trouver une manière d’éviter la routine de l’invasion extraterrestre. L’invasion intraterrestre semble être une bonne parade. Nous voici donc dans un arc en sept parties consacré à la première espèce qui vient de sous la Terre : Les Siluriens. Nous retrouverons cette espèce dans le double épisode The Hungry Earth / Cold Blood écrit par Chris Chibnall pour les besoins de la première saison du run de Steven Moffat (et de Matt Smith), ainsi que la plupart des idées developpées dans cet épisode. Les Siluriens ont le sang-froid reptilien, il s’agit d’une civilisation avancée, le Docteur se pose en casque bleu et tente de négocier une partie du territoire avec le chef et il y’a des deux côtés des tentations de recourir à la violence. La revendication d’un territoire par deux peuples distincts qui l’ont chacun habité rappelle bien des exemples historiques ou contemporains de cet épisode. La résolution par la négociation que prône le Docteur et que soutient Liz semble être déjà un sujet qui divise. Le Docteur et le Brigadier auront ainsi leurs premiers désaccords et l’arc se résoudra amèrement par l’anéantissement, sur ordre de Lethbridge Stewart, des caves des Siluriens. Un acte qui devrait porter un coup à son amitié avec le Docteur.

Image

Le Brigadier reconverti en standardiste

L’arc ne se borne heureusement pas à faire des aller-retour entre les souterrains et la centrale. Le scénariste Malcolm Hulke enrichit l’affrontement larvé des deux civilisations d’une épidémie lancée par les Siluriens pour supprimer tous les humains, qui se propagera jusqu’à Londres et au-delà. Cela ne suffit pas à maintenir la tension sur la durée des sept épisodes, le dernier étant de trop, mais l’ensemble est particulièrement agréable à regarder et au final plus riche que son remake. La noirceur de la conclusion et la variété des thèmes abordés compense le look cheap des Siluriens, l’absence de variété des décors de leur antre et cette manie de terminer chaque épisode par une menace de mort pour l’un des héros. Jon Pertwee est convaincant, mais le TARDIS manque, d’autant plus que le Docteur semble l’avoir un peu vite remplacé par…une voiture. Notre compagne féministe Liz est pour l’instant bien en retrait.

Image

La scène la plus flippante de l’arc. Si si je vous assure…

N : 7

IM : 6