16-06 The Armageddon Factor

16-06 The Armageddon Factor

De Bob Baker & Dave Martin (6 épisodes)

Réalisation : Michael Hayes

A la recherche du sixième segment de la Clé du Temps, le Docteur, Romana et K9 se matérialisent sur Atrios, planète en guerre avec sa voisine Zeos. Le mégalomane Maréchal d’Atrios prépare des représailles et enferme la princesse Astra d’Atrios derrière un mur infranchissable pour avoir le champ libre. Immédiatement repérés, le Docteur et Romana sont amenés au Maréchal qui décide de les exécuter pour le meurtre d’un soldat. Puis après s’être regardé dans le miroir comme il le fait à chaque moment de réflexion, il change son fusil d’épaule et propose à Four d’être son conseiller dans le conflit. Derrière le miroir se trouve en fait l’Ombre, le lieutenant du Gardien noir qui manipule dans…l’ombre tout ce petit monde pour atteindre le Docteur et récupérer les cinq segments qu’il possède. La princesse disparaît dans le monde de l’Ombre. Téléportés sur Atrios par un rayon transmat, K9, Le Docteur, Romana, le major Shapp (second du Maréchal) et le chirurgien Drax, amant de la princesse, découvrent que Zeos n’existe plus et que les opérations de guerre ont été menées par le Mentalis, un puissant ordinateur. Ayant rendu les armes sous l’ordre de l’Ombre, celui-ci projette désormais une destruction mutuelle (l’Armageddon factor du titre) dans le cas où le Maréchal lancerait ses tirs sur Zeos. Le Docteur et Romana doivent utiliser la Clé du temps incomplète pour empêcher ce tir et protéger cette même Clé des ambitions destructrices de l’Ombre.

Image

Sauron nous regarder de l’autre coté du miroir

Ce fourbe de Gardien noir s’était bien gardé d’intervenir durant cette saison car il attendait que le Docteur et ses compagnons fassent le boulot à sa place. L’Ombre avait repéré l’emplacement du sixième segment sur Zeos et il ne lui restait plus qu’à laisser l’agent du Gardien blanc venir à lui. Les habitués Bob Baker et Dave Martin signent un six-parter mené de main de maître qui comprend tous les ingrédients pour tenir en haleine, et même quelques surprises. The Armageddon Factor bénéficie d’un bon groupe d’acteurs. L’évanescente princesse incarnée par Lalla Ward hante l’arc. L’acteur John Woodvine personnifie avec prestance un Maréchal caractériel foudre de guerre tandis que Davyd Harries, le Major Shap, ajoute une touche comique inattendue à son personnage dans sa collaboration forcée avec le Docteur. La rencontre inattendue avec un autre TimeLord, Drax, apporte un retournement osé qui transporte son lot de questions (un réparateur intergalactique parmi les Time Lord ? Comment peut-il reconnaître le Docteur ? Pourquoi l’appelle t’il Theet ?) mais qui aidera à apporter une résolution satisfaisante au fil rouge.

Image

Le climax des aventures de l’Ombre

L’autre richesse de la Clé du Temps tient dans son mélange de fantaisie et de space opera qui emprunte beaucoup au Seigneur des Anneaux et incidemment à Star Wars. Comme l’annonçait le premier arc de la Clé du Temps, nous nous retrouvons dans une bataille entre un pouvoir destructeur et un pouvoir de lumière, l’un et l’autre laissant s’affronter leurs lieutenants pour l’occasion. Le Gardien noir ne quittera sa retraite que pour duper le Docteur et Romana par son discours. La glace sans tain que consulte le Maréchal renvoie visiblement au Palantir de Saroumane et les conseils qu’il comptait en tirer ne jouerons finalement que contre lui. Les scénaristes se permettent enfin un petit interlude facétieux dans lequel le Docteur fait croire à sa compagne qu’il est sous l’emprise du pouvoir de la Clé. La surprise la mieux introduite (prévisible mais astucieuse) sera la découverte de la nature  « humaine » du sixième segment de la Clé, qui n’est nulle autre que la Princesse d’Aastra. Une idée proche de celle qui permettra des années plus tard à Joss Whedon de réaliser la meilleure saison de Buffy contre les vampires. Ainsi la quête du Docteur et de Romana leur pose t’elle au final un problème morale réel.

Image

Quel twist renversant!

Les six arcs de the Armageddon Factor dégagent une atmosphère noire parfaitement en accord avec le personnage de l’Ombre, qui mène le jeu sur à peu près toute sa durée. Aussi ridicule soit sa fin, elle n’enlève rien au charisme du personnage. Le scénario est truffé d’idées sympathiques telle cette boucle temporelle censée retarder le tir du Maréchal et qui ne cesse de s’élargir. Les effets spéciaux et les maquettes de vaisseau sont agréablement convaincants et la bande originale soutient bien le suspens. K9 est très bien utilisé, d’abord comme contact avec le Mentalis, puis comme agent de l’ennemi et enfin comme chien de Troie (!) qui introduit les versions du Docteur et de Drax miniaturisées dans le QG de l’Ombre. Le Docteur et Romana ont finalement accompli leur mission et partent vers de nouvelles aventures totalement imprévisibles, pesant sur eux la menace d’un Gardien noir qui l’a eu mauvaise pour le coup.

Image

My precious !!!

N : 8

IM : 6

COMING SOON

16-05 The Power of Kroll

16-05 The Power of Kroll

De Robert Holmes (4 épisodes)

Réalisation : Norman Stewart

Le Docteur et Romana cherchent le cinquième segment de la clé du temps sur la troisième lune de Delta Magna. Romana ne tarde pas à se faire capturer par les Swampies, indigènes locaux qui s’empressent de l’offrir en offrande à leur dieu, le monstre géant Kroll. Les marécageux se préparent pour une guerre avec les hommes venus de leur planète d’origine en acceptant les armes du commerçant Rohm-Dutt, en réalité un agent envoyé par l’ennemi. Non loin de là dans une raffinerie créée pour pomper le méthane de la planète, les dits-ennemis attendent que les indigènes s’arment pour les abattre à vue. Alors que le Docteur parvient à sauver Romana de l’horrible danse des Swampies, Kroll sort de son sommeil et entame un carnage qui verra tomber les indigènes en masse. Le Docteur ne tarde pas à comprendre que le cinquième segment est à l’intérieur du monstre.

Image

Le Docteur, Romana et un vendeur d’armes suppliciés par des écolos.

The Power of Kroll est issu de la volonté du script-editor Anthony Read de réduire l’humour très présent dans les précédents épisodes et de dégoter le monstre le plus impressionnant de l’histoire de Doctor Who. Kroll n’est pourtant pas une très grande réussite en dépit d’un design qui aurait pu mener à quelque chose de plutôt effrayant. Il est même bien plus efficace lorsque son immensité est suggérée par ses tentacules qui emportent les pauvres victimes qui osent bouger. L’histoire est basique et effectivement trop premier degré. Il ne se détache comme fantaisie que le cri poussé par le Docteur pour se dépêtrer d’une méthode de sacrifice lente et fort hasardeuse. Les acteurs peints en vert sont peu convaincants et souvent attentistes tandis que l’action se déroule au premier plan. On aura néanmoins le plaisir de retrouver parmi les premiers rôles Philip Maddoc qui jouait entre autres rôles le War Lord dans The War Games et John Abineri, le général Carrington de The Ambassadors of Death.

Image

Aucun géant vert pour affronter Kroll. La bataille est perdue d’avance.

John Leeson, la voix de K9 est également de la partie dans le rôle de Dugeen, le raffineur sympathisant des marécageux. Un rôle qui lui fut confié pour compenser l’absence du chien robot de cet arc. A l’image de cette saison, the Power of Kroll n’est pas désagréable à suivre, mais aurait gagné à s’étendre un peu plus sur son intrigue fil rouge. Alors que la quête de la clé du temps en est à son avant-dernière aventure, il n’y a toujours pas eu de manifestation claire du Gardien noir, ni de véritables développements la concernant si l’on excepte les mésaventures annexes de chaque arc. Espérons que le dernier volet saura se montrer plus généreux.

Image

John Leeson, l’homme derrière K9

N : 6

IM : 4

16- 04 The Androids of Tara

16- 04 The Androids of Tara

De David Fisher (4 épisodes)

Réalisation : Michael Hayes

Romana met le cap sur la planète Tara où se trouve vraisemblablement le quatrième segment de la Clé du Temps. Le Docteur lui confie la mission de la ramener seule, comptant profiter d’un repos mérité à pêcher le poisson. Alors qu’elle prend possession du segment, la compagne est attaquée par un monstre, puis secourue par le comte Grendel de Gracht qui l’emmène à son château. Elle manque d’y être découpée avant que le comte et sa complice découvrent qu’elle n’est pas un androïde de la princesse Strella qu’ils détiennent prisonnière. A l’aube du couronnement du prince Reynart (promis de Strella), le Comte compte bien le faire chanter pour s’emparer du trône mais l’arrivée de Romana met dans sa tête un tour autre plan. Pendant ce temps, le Docteur est capturé par Zadek et Farrah, les chevaliers de la garde de Reynart et conduit à la demeure du prince. Celui-ci finit par le recruter pour réparer un androïde destiné à berner Grendel afin que le couronnement se déroule comme prévu. Le Docteur parvient à rendre le robot opérationnel, mais Grendel fait irruption après avoir endormi ce petit monde et enlève le prince.

Image

Groark!

The Androids of Tara poursuit le fil rouge saisonnier de la Clé du Temps sans pour autant s’appesantir sur celle-ci, qui demeure comme les trois précédents arcs un prétexte à une intrigue différente. Le Docteur et ses compagnons débarquent sur une planète qui ressemble un peu trop à notre Moyen-Age féodal pour être honnête et se trouvent au centre d’intrigues politiques ourdies pour succéder au trône. La seule originalité qui tranchera avec un simple épisode du Moyen-Age sur Terre est l’existence d’androïdes. David Fisher les utilise pour nourrir le jeu du comte et la défense du prince sans développer au-delà d’une phrase les conditions qui ont amené leur coexistence avec ces humains qui nous ressemblent tant. Il faudra se contenter de suivre les intrigues de cette mini-cour qui ne sont pas dénuées d’intérêt grâce à un Docteur survolté et de bons acteurs, Peter Jeffrey qui interprète le comte en tête.

Image

Romana coincée dans un épisode de Games of Androids

Mary Tamm suit William Hartnell et Patrick Troughton dans la tradition des doubles rencontrés à d’autres époques et se paie même le luxe d’incarner deux androïdes copies de la princesse. Elle prend peu partie de ces occasions de s’évader de son personnage, abordant chacun de ces rôles avec le stoïcisme altier de Romana. The Androids of Tara comporte de beaux moments : Les incursions de K9, le dialogue entre Romana et son sosie ou un duel à l’épée entre Grendel et le Docteur. Il pêche malheureusement par son manque d’ambition et la volonté de ne pas offrir à un épisode aussi classique une incursion du mystérieux Gardien noir, ce qui aurait un peu brisé la monotonie. Le rythme est néanmoins plus soutenue que la saison précédente.

Image

Un roi qui nécessite de la maintenance

N : 6

IM : 3

16-03 The Stones of Blood

16-03 The Stones of Blood

De David Fisher (4 épisodes)

Réalisation : Darrol Blake

Sur la trace du troisième segment de la Clé du Temps, le Docteur et ses compagnons se rendent sur la Terre à notre époque, plus exactement sur le site des Cornouailles où sont disposés les « neuf voyageurs », neuf menhirs dont l’ancienneté daterait de 2000 ans avant J-C. Ils y rencontrent le Professeur Amelia Rumford et Viven Fay, son assistante. Le Docteur se retrouve très vite dans le viseur d’une secte druidique dont le leader DeVries habite un ancien couvent, et il manque de se faire sacrifier à la déesse celtique Caillehach. Le zèle de DeVries ne le protégera pas, puisqu’il sera vidé de son sang par une pierre géante (!). Caillehach est en réalité l’assistante Vivien Fay, criminelle intergalactique en vadrouille qui possède le domaine depuis 4000 ans sous différentes identités et contrôles les Menhirs, en réalité des Ogris, extraterrestres qu’elle a enlevé de leurs planètes lors de son évasion. Démasquée, elle transporte Romana dans l’hyperespace au sein d’un énigmatique vaisseau.

Image

La légendaire hospitalité des celtes

The Stones of Blood célèbre un double anniversaire : La diffusion de son quatrième épisode coïncide grosso modo avec le quinzième anniversaire de la série et il s’agit du centième arc de Doctor Who (et accessoirement, la centième de ces chroniques !). Pour l’occasion, le scénariste David Fisher nous plonge dans des superstitions celtiques qui seront, comme à l’habitude, expliquées par une intervention extra-terrestre sur notre bonne planète. La première partie de l’arc transporte une atmosphère étrange et horrifique qui rappelle celle des films de la Hammer. La seconde partie rebondira sur la science-fiction à travers l’exploitation du concept d’hyperespace (que les Time Lord n’auraient pas dû laisser tomber à leur Académie, car il existe) et l’intervention de Judges Dredds dématérialisés, ceux-là même qui auraient dû juger la criminelle quelques milliers d’années auparavant.

Image

Pierres qui roulent amassent l’hémoglobine

Après seulement trois arcs, le trio Docteur / K9 II / Romana est sur de bons rails. Le Docteur n’a pas envers sa consoeur Time Lord la condescendance qu’il pouvait avoir envers Leela, ce qui lui permet de prendre de nombreuses initiatives. K9 a un rôle prépondérant au sein de cette aventure, collaborant avec la vieille scientifique Rumford, un élément humoristique bien venu qui permet un peu de légèreté à une histoire à prédominance horrifique (du moins pour l’époque). Le coté absurde des pierres qui sucent le sang s’intègre ainsi beaucoup mieux à l’histoire, tout comme l’intervention de ces juges lumineux qu’on n’aurait pas pu voir autrepart que dans Doctor Who. Durant cet arc, Romana est agressée par quelqu’un qui a pris l’apparence de Four. Serait-ce Gardien noir dont le scénariste a tenu à nous rappeler l’existence au début du premier épisode ? Probablement, car la quête des Clés à moitié complétée, on pourrait s’attendre à ce qu’elle occupe plus de place dans les prochains épisodes.

Image

Sur cette image se trouve le troisième segment de la Clé du Temps.

N : 6

IM : 4

16-02 The Pirate Planet

16-02 The Pirate Planet

de Douglas Adams (4 épisodes)

Réalisation : Pennant Roberts

Le Docteur, Romana et K9 II partent à la recherche du deuxième segment de la Clé du Temps sur la planète Calufrax, mais ils se matérialisent sur une autre planète, Zanak, qui a mystérieusement pris les coordonnées de celles-ci. Romana est arrêtée par la police locale et transportée jusqu’au Capitaine, un chef de gouvernement aux allures de pirate qui semble très mal gérer ses pulsions d’homicide. Le Docteur fait la rencontre d’une famille locale et apprend que la richesse réapparaît comme par magie sur cette planète. Alors qu’il aide le fils dans un état critique, ils sont attaqués par les Mentiads, un groupe de télépathes qui kidnappent le fiston, qui est en fait un des leurs. Ayant rejoint le pont de commandement du Capitaine pour libérer Romana, Four découvre que le Capitaine a le pouvoir de téléporter Zanak sur n’importe quel planète afin d’exploiter ses ressources minières, ce qu’il a fait avec la planète Calufrax. Les Mentiads s’organisent pour combattre le Capitaine alors que ses forces se dirigent vers la Terre pour exploiter le quartz.

Image

The Pirate Planet est écrit par Douglas Adams, l’auteur du Guide du voyageur galactique (alors en gestation) et du feuilleton radio le guide du routard galactique qui l’a précédé. Une plume célèbre qui a été approchée par Robert Holmes avant son succès en 1976, mais fournit un scénario un peu trop cher pour le budget de la BBC. Même rectifié, le tir vise plutôt bien avec un épisode original et bien scénarisé. Si l’humour est moins présent que dans H2G2 , les relations entre le Docteur et Romana sont beaucoup plus dynamiques et les personnages typés (en premier le Capitaine pirate et son perroquet fatal) instillent un décalage comique plaisant à l’aventure. L’idée du déplacement de planète est ingénieuse et on la retrouvera d’ailleurs dans la saison 4 de la nouvelle série. L’arc jongle par ailleurs avec une multitude de concepts scientifiques dont une application assez jusquauboutiste de la théorie de la relativité qui fait sortir le Docteur de ses gonds.

ImageLe Capitaine et son impitoyable perroquet règnent en tirant

De manière plus terre à terre, la planète Zanak s’assimile à une puissance impérialiste qui pillerait les ressources des territoires qu’elle a conquis. La couleur rouge de l’uniforme du pirate laisse peu de doutes quant au rapprochement avec l’ancien empire britannique, d’autant plus que nous découvrons que la personne qui tire les ficelles de la conquête est la vieille reine Xanxia qui a trouvé le moyen de s’incarner dans un corps plus jeune pendant qu’elle suspend indéfiniment l’heure de sa mort. La Reine a trouvé un moyen de contrôler physiquement son Général, mais celui-ci est moins passif qu’on ne le penserait. Ses multiples colères ne sont qu’un jeu qui dissimule un plan ingénieux pour la mettre en échec. Le rôle des télépathes serait celui d’une une sorte de balance qui maintiendrait le souvenir des planètes exterminés afin de leur rendre justice. Les multiples retournements de situation de The Pirate Planet sont parfaitement assimilés au scénario et les suspens sont habilement distillés. La quête du deuxième segment ne paraît alors qu’une justification du voyage et non une fin en soi.

Image Les télépathes peu bavards de la planète Xanax

N : 7

IM : 5

Saison 16 (1978-1979) / 16-01 The Ribos Operation

16-01 The Ribos Operation

De Robert Holmes (4 épisodes)

Réalisation : George Spenton-Foster

The Ribos Operation est la première partie d’un fil rouge dans lequel le Docteur se voit confier une mission par le Gardien Blanc, un Time Lord visiblement influent. Il devra retrouver les six segments de la Clé du Temps répartis à plusieurs endroits de l’Univers. Fin réunis, ces segments rassemblés pourront permettre de rétablir la balance du temps à un moment critique qui est selon lui, très proche. Après l’avoir informé de se méfier de son opposé, le Gardien noir, il donne au Docteur un localisateur et lui annonce qu’il sera accompagné d’une assistante. Le premier contact avec la Time Lady Romanadvoratrelundar, tout juste sortie de l’université n’est guère concluant, mais la mission ne peut attendre. Les deux Gallifreyiens accompagnés de la nouvelle version de K9 (construite par le Docteur entre les deux saisons) atterrissent sur Ribos, un monde obscurantiste dans lequel le premier segment serait caché. Ils font la connaissance de deux escrocs, Garron et son assistant Unstoffe, qui sont bien décidés à vendre la planète au Graff Vynda-K, tyran exilé, en lui faisant croire qu’il existe une mine de Jethrix, un des métaux les plus précieux de l’Univers. Les deux complices détiennent un morceau de ce Jethrix, derrière lequel se dissimule en fait le premier segment de la Clé du Temps.

Image

Le Gardien blanc. What else.

Sous le patronage de Graham Williams qui souhaitait depuis quelques temps que la série possède un fil rouge et que le Docteur devienne une sorte d’agent des Time Lords, Doctor Who s’oriente vers une nouvelle direction : celle de la quête d’objets précieux qui avait déjà été exploré dans le très bon arc Keys to the Marinus. Si l’intrigue se pose comme un Pré-Dragon Ball (6 clés du temps / 7 boules de cristal), elle prend avant tout modèle sur le Seigneur des Anneaux. Difficile de ne pas voir dans l’objet la représentation du pouvoir de l’anneau et dans l’opposition annoncée du gardien blanc et du gardien noir l’opposition entre Gandalf le blanc et Sauron. Une référence classique déjà à l’époque, dans laquelle Star Wars ne s’est pas privé de piocher. Cet emprunt évident mis à part, le nouveau fil rouge semble bien parti pour recentrer l’intérêt de la série en proposant un peu plus de fond que des conflits de classe au sein de mondes trop importants pour le budget de la série. L’opposition entre Romana, la jeune Time Lady et le Time Lord expérimenté qu’est le Docteur pourrait apporter un peu de sel aux arcs futurs. Les relations de Romana et du nouveau K9, qu’elle considère au départ comme un simple ordinateur, peuvent également évoluer vers quelque chose d’intéressant.

Image

Le Docteur et Romana. Le respect des aînés n’est plus ce qu’il était.

L’aventure sur Ribos se concentre sur des personnages pour la plupart bien écrits et interprétés, en particulier le tyran théâtral incarné par Paul Seed. En ne cherchant pas l’action à tour prix, Robert Holmes peut se concentrer, comme il a su le faire au début de la décennie, sur cette galerie de personnages et planter le décor de la nouvelle saison avec un certain brio. On ne s’ennuie pas dans ce four-parter introductif, tout comme on ne vit pas d’aventures qui resteront dans les annales de la série. Tom Baker gagne cependant l’occasion de redorer un peu le blason de son Docteur par quelques scènes ingénieuses.

Image

Le Docteur nargue les gentils escrocs avec sa pierre qui coûte cher

N : 6

IM : 7