Episode Spécial 20ème anniversaire – The Five Doctors

Episode Spécial – The Five Doctors

De Terrance Dicks (90 mn)

Five, Tegan et Turlough s’apprêtent à se prélasser dans l’œil d’Orion lorsque le Docteur ressent une douleur soudaine. Quelqu’un est en train d’enlever ses anciennes incarnations et quelques compagnons (Le Brigadier, Sarah Jane et sa petite fille Susan) à leur époque respective pour les transporter dans la zone de mort de Gallifrey. Seul Four, coincé dans le vortex, n’arrive pas à destination. Tous les autres se retrouvent dupliqués en figurine sur un étrange tableau de jeu. Five et ses deux compagnons retournent dans le TARDIS et sont à leur tour transportés dans la zone. Ils ne tardent pas à y’ être rejoints par le premier Docteur et Susan, qui est toujours un boulet. Pendant ce temps, Le Maître a été convoqué par le Conseil des Time Lord qui a détecté un drainage intense de leur source d’énergie et eu ainsi connaissance des enlèvements de Docteur. Il lui est proposé d’aider les Docteurs à sortir de la zone en échange d’une grâce et d’un nouveau jeu de régénérations. Le Maître accepte. Les Docteur reconnaissent le lieu de leur captivité en apercevant la tour de Rassilon. Two y conduit le Brigadier tandis que Three, qui a embarqué Sarah Jane dans son auto Bessie s’y dirige également. One prend également la route accompagné de Tegan. Ils rencontreront sur leur route de vieux ennemis qui ont également été transportés dans la zone contre leur gré par le fieffé farceur.

2007Holala le type qui était déjà vieux dans les sixties qui nous fait la leçon…

Diffusé le 23 novembre 1983 aux Etats-Unis et le 25 novembre 1983 au Royaume-Uni, The Five Doctors célèbre à sa manière les vingt ans écoulés depuis que William Hartnell et ses trois passagers ont quitté les sixties pour se matérialiser chez les hommes de cavernes. Alors que l’ex script editor Robert Holmes était d’abord pressenti pour le scénario, c’est finalement au non moins renommé ex script editor Terrance Dicks qu’échouera cette tâche. Les remaniements furent nombreux en raison du casse-tête logistique de réunion des acteurs, certains n’étant finalement plus disponible au dernier moment. Richard Hurndall reprend le flambeau du premier Docteur, William Hartnell étant décédé en 1975. Nous aurons néanmoins le plaisir de le voir dans un pré-générique qui file quelques petits frissons. Tom Baker fit à John Nathan-Turner le même coup que Christopher Eccleston à Steven Moffat en 2013, avortant au passage la rencontre des cinq Docteurs qui aurait pu avoir lieu. Ce sont donc quatre Docteurs qui se retrouveront devant le tombeau de Rassilon, sous le grand parrainage du Lord President Borusa, le fieffé farceur qui a organisé ce petit jeu.

2007BNon Brigadier nous ne sommes pas des anciens combattants

Nous voilà donc de retour à Gallifrey où il y’a incontestablement quelque chose de pourri (à peu près tout en fait, ça fait peine à voir). Après la duplicité d’un conseiller ami du Docteur, c’est au tour du professeur et ami de longue date de notre TimeLord de péter un cable. Après des siècles de règne sur Gallifrey, Borusa profite de sa dernière régénération pour réclamer l’immortalité qu’il pense lui revenir de droit. Il doit pour cela déjouer les épreuves du tombeau de Rassilon (dans la grande Tour) afin de rejoindre le suprême Time Lord, qui lui a réussi à devenir immortel. Puisque Borusa est vieux et fainéant, il a préféré laisser les cinq Docteurs, quelques compagnons et le Maître se charger du travail en mettant sur leur chemin des cybermen, des daleks, des Yeti-Bot et des robots ninjas qui disparaissent lorsqu’ils sautent. Il en profite pour faire supprimer le Castellan, faux coupable idéal. Le vieillard se retrouvera au final pris à son propre piège, coincé pour l’éternité en statue du tombeau de Rassilon. Une ironie noire qui n’est pas sans rappeler celle du Wishmaster. Nous aurons ainsi l’infime l’honneur de rencontrer ce Rassilon dont on nous a tant parlé. Présenter la chute de Borusa à ce moment, alors que le thème de l’immortalité a parcouru cette saison 20, est encore ce qu’il y’a de plus logique dans ce grand téléfilm qui s’apparente plus à une réunion d’anciens (et de nouveaux, pour le cas de Five, Tegan et Turlough) qu’à un arc à part entière.

2107EBessie foule enfin le sol de Gallifrey

Le casting de la série n’a jamais autant été fourni en têtes connus : Outre les cinq Docteurs, Tegan, Turlough, Le Maître dans son incarnation actuelle, Le Brigadier, Susan, Sarah Jane, Jamie, Zoe, Liz Shaw, Yates, Romana II (en reprise de l’épisode Shada) et K9 sont de la partie. C’est la troisième mouture du chien robot qui apparaît en compagnie de Sarah Jane au début de l’arc, celle-ci se l’étant vu offrir pour la série K9 et Company, qui n’alla pas plus loin que son pilote diffusé en fin 1981, peu avant le premier arc de Five. Cette réunion n’est pas sans créer son lot de confusions, qui tiennent au fait que les Timelines des Docteurs enlevés sont souvent occultés. Ainsi Three parle t’il de fantômes du passé en évoquant une apparition de Yates alors qu’il lui est contemporain, Two paraissant quand à lui avoir connu le Maître, qui n’est pourtant apparu que lors de la deuxième saison de Three. Two, qui parle on ne sait pourquoi du lavage de cerveau de Jamie et Zoe alors qu’il ne l’a logiquement pas encore vécu et qui ne transporte de plus aucun de ses compagnons alors qu’il n’aurait jamais abandonné Jamie ou Zoe pour rendre visite au Brigadier. Le même Brigadier prétend quand à lui connaître Tegan alors qu’il ne s’agit visiblement pas de sa version plus agée qui a échappé à l’amnésie quelques arcs plus tôt.

2007CJ’ai bien compté ça ne fait pas cinq

Ces coquilles parmi d’autres tirent The Five Doctors vers un fan service géant parfois composé plus pour les rencontres que pour la cohérence mythologique. Moins savoureux que l’arc du dixième anniversaire, ce téléfilm contient tout de même de bonnes idées, la meilleure étant d’avoir adjoint Tegan au Premier Docteur pour donner un aperçu du choc des générations. Nous nous retrouvons au final avec un Five qui reprend le titre de Haut Président du Conseil des TimeLord, et qui déserte une nouvelle fois ses responsabilités, laissant à la conseillère Flavia les responsabilités de la fonction. Donnons lui une dizaine d’arcs avant d’être corrompue.

2007ERassilion, Time Lord suprême et lointain cousin de Jean-Rochefort

N : 7

IM : 8

2-02 The Dalek Invasion of Earth

2-02 The Dalek Invasion of Earth
De Terry Nation (6 épisodes)

Réalisation : Richard Martin

Le Docteur et ses compagnons atterrissent à Londres…en 2164. En un rien de temps, Susan se pète la cheville et le TARDIS est coincé sous les débris d’un pont dont l’équilibre était précaire. La routine quoi… Partis en reconnaissance, Le Docteur et Ian font le triste constat que les Daleks ont envahi la Terre (d’où le titre de l’épisode). Susan est capturée par d’étranges londoniens qui ont formé une Résistance, et bientôt rejointe par Barbara. Parmi ces combattants de la liberté, un scientifique bien décidé à tester sa super bombe contre les Dalek, un jeune Résistant intrépide et sosie foireux de Michael Palin, qui ne rendra pas Susan indifférente, et une jeune femme très cynique. La lutte finale peut commencer.

ImagePhoto de vacances de Dalek. London Baby!

Dalek Invasion of Earth est un arc écrit par Terry Nation, papa des Daleks et auteur du meilleur épisode de la première saison, donc il y’a déjà un bon a priori. Et puis c’est un petit événement, car nous assistons à la première invasion terrestre des affreux de la planète Skaro, contenant un peu du charme de la SF 50’s (version intimiste, sans les scènes de liesse et destructions à grande échelle) et quelques germes des épisodes d’invasion de Russell T. Davies, le tout dans un univers post-apo minimaliste, manque de budget oblige. L’invasion fait suite à une pluie de météorites et à une peste qui décima la population, une aubaine pour les Daleks. Lorsque le Docteur et ses compagnons débarquent, ils ont conquis la planète et se servent d’hommes robots asservis à leur cause, des sortes de cybermen contrôlés par un casque. Ils emploient aussi de la main d’oeuvre humaine pour atteindre le noyau terrestre et tout faire exploser.

ImageRock’n Roll, Barbara pète la gueule aux Daleks dans son camion.

Les six épisodes de l’arc passent bien, en dépit de l’aspect sérial étiré qui perdure. Terry Nation en profite pour introduire le parallèle entre les Dalek et l’invasion nazie. On plonge dans la Résistance anti-Dalek mais on a aussi l’occasion de voir des collabos, des attentistes, des hommes sans foi ni loi typiques des post-apo. Dalek invasion of Earth propose une poursuite dans un Londres vide à la 28 jours plus tard avec nos poubelles sur roues (comme les appelle Dortmun, le scientifique) , une partie d’écrasage de Dalek avec un gros camion, un monstre Dalek, un Dalek Supérieur, de nombreuses choses plus intéressantes que l’issue du conflit, qui est bien anecdotique. Le véritable événement de cette fin d’arc est le départ de Susan, qui a trouvé l’amour auprès de David, l’un des résistants. Le premier adieu du Docteur à un compagnon sera donc pour sa petite-fille. Alors que Susan se refuse à quitter son grand-père, celui-ci lui ferme les portes du TARDIS, lui expliquant qu’elle a besoin de se poser dans un monde précis et de faire sa vie, car notre poids mort préféré est devenue une femme! Un discours très digne pour un final plus émouvant qu’on ne l’aurait soupçonné.

Goodbye Susan!

Note de l’épisode (N)  : 6/10

Note d’intérêt dans la mythologie de la série (IM) : 8/10

1-04 Marco Polo

1-04 Marco Polo
De John Lucarotti (7 épisodes)

Réalisation : Waris Hussein & John Crockett

Bonne nouvelle ! Ce Marco-Polo est en couleur. Moins bonne nouvelle. L’épisode a été détruit par la BBC à la fin des années 60. Procédé classique de la chaîne qui coûta la vie à presque l’intégralité de la saison 1 de chapeau melon et bottes de cuir et nous aurait privé des épisodes du Monty Python’s flying circus si les six génies n’avaient pas copié en douce les bandes pour stocker dans la cave de Terry Jones. Ca nous donne un épisode reconstitué à partir de photos (en couleur) et des bandes sons de l’époque. Un visionnage surréaliste qui vit se succéder parfois les mêmes photogrammes sur plusieurs minutes avec des sons bizarres et décalés en fond (Susan rit sur la photo et on l’entend hurler en fond) et ce sur sept épisodes de 23 mn. Il n’en demeure pas moins que ce Marco Polo est intéressant dans sa première moitié.

Image

Le Docteur et ses trois compagnons atterrissent sur le toit du monde en 1298. Ils ne tardent pas à rencontrer le grand explorateur Marco Polo, qui souhaite offrir au Khan le TARDIS, un bien inestimable (une caravane qui vole pensez-vous…), afin de pouvoir se défaire de son service et regagner l’Europe. Il embarque donc les quatre dans un périple à travers le désert, sans se douter que Tegana, un traître mongol, a juré leur perte. On retrouve dans ce deuxième épisode du passé toute la vocation éducative de la série. L’adolescente accompagnée de ses deux profs (compagnons initiés) et d’un membre de sa famille (Le Docteur, qui ne sert encore une fois qu’à être malade) voyagent à travers le temps pour immerger le jeune spectateur dans l’Histoire et en profiter à l’occasion pour apprendre des choses sans s’en rendre compte (que les Hashashins amènent le terme assassin par exemple). L’idée ingénieuse est de faire témoigner le personnage historique sur la présence des intrus, de laisser de temps à autre Marco-Polo faire le récit de son aventure avec ces gens venus d’ailleurs. Ainsi ils sont incorporés à ses récits et à l’Histoire par un point de vue extérieur et les voyages permettent de s’améliorer en géographie de l’époque. Malins va !

Tout se gâte à l’épisode 4. Après avoir mis bien du temps à passer des soupçons à la certitude, ce quatrième épisode se résume à prouver à un Marco Polo un peu neuneu que le grand guerrier mongol Tegana lui veut du mal. Le problème est que l’intrigant pourrait parader avec une fanfare en dévoilant son plan à Marco qu’il lui ferait encore confiance, alors on tire la manche (à défaut du polo) de Marco d’un coté et de l’autre pendant un trois quart d’épisodes jusqu’à ce que Tegana gagne. Content de lui, le grand chef de guerre s’autorise des apartées de satisfaction qui n’auraient pas déparées dans Astérix et Cléopatre. En live, c’est une autre paire de manches. Les derniers épisodes sont très laborieux, poursuivant le jeu du chat et de la souris avec le Tegana, envoyant de temps en temps Ian sauver une des femmes qui se perd (…). Un des climax voit le petit fils de Gengis Khan et le Docteur comparer leurs rhumatismes et s’affronter au backgammon pour le TARDIS (le Doc trouve encore le moyen de perdre). L’autre consiste à voir Ping Cho, la jeune copine de Susan qui les suivait et qui était promise à un vieux ne pas l’épouser au final, le tout étant expédié en une scène sans avoir même vu le type en question. Pas fameux.

Image

– Incroyable! On est tous les deux vieux et on a tous les deux mal au dos!

Note de l’épisode (N)  : 4/10

Note d’intérêt dans la mythologie de la série (IM) : 3/10

 

De cet arc, il ne reste que la bande sonore, ainsi que des photos en noir et blanc ou couleurs tirées du tournage (photosnaps) conservés par le réalisateur Waris Hussein. La 4ème partie, tournée par John Crocker, est par conséquent vide de toute image, les quelques telesnaps diffusées dans les reconstitutions sont pour la plupart du temps des photomontages.