21-05 Planet of Fire

21-05 Planet of Fire

De Peter Grimwade ( 4 épisodes )

Réalisation : Fiona Cumming

Sur la planète désert de Sarn, le chef religieux Timanov a propagé une croyance dans le Dieu du feu Logar. Il enseigne ses préceptes au jeune Malkon, un Sarn portant une marque qui en fait le messager de Logar amené à régner sur les indigènes. Sur Terre, à Lanzarote, l’archéologue Howard Foster découvre un objet en métal qui porte la même marque. Il reçoit la visite de sa belle-fille Peri qui lui fait part de son départ prochain pour le Maroc avec des amis qu’elle vient de rencontrer. Foster feint d’accepter ce départ, mais il s’arrange pour qu’elle ne puisse pas partir à temps. Coincée sur le bateau, elle s’empare de l’objet et décide de regagner la côte à la nage. Le Tardis atterrit alors à Lanzarote, piraté par Kamelion qui semble être entré dans une crise existentielle. Turlough remarque par l’écran du TARDIS la jeune Peri en pleine noyade. Il décide de la secourir et découvre la fameuse marque sur l’objet qu’elle détient, marque qu’il possède lui aussi sur son bras. Il la ramène dans le vaisseau mais ne peut longtemps dissimuler l’objet au Docteur. Le TARDIS se dématérialise aussitôt pour réapparaître sur Sarn, créant de vives réactions chez les autochtones qui allaient brûler deux infidèles. Cauchemardant, Peri lance un appel inconscient à Kamelion qui prend aussitôt la forme de son beau-père. Après le départ du Docteur et de Turlough en exploration sur la planète, il prendra l’apparence du Maître car celui-ci a de nouveau pris le contrôle du robot.

2105

Chaude atmosphère à Lanzarote

Planet of Fire est un arc écrit par Peter Grimwade, réalisateur entre autres de Logopolis et scénariste sur deux des meilleurs arcs de la série classique, Time-Flight et Mawdryn Undead. On peut donc partir très confiant et le résultat ne ment pas. Cet avant-dernier arc de Five est un peu en deçà des deux arcs cités mais il propose une variation originale sur un sujet difficile, puisque maintes fois traité par la série, celui de la peuplade engoncée dans une croyance religieuse qui peut s’expliquer de manière rationnelle. Peter Wingarde incarne la figure du fanatique religieux avec prestance, les décors de Lanzarote sont bien mis en valeur et la réalisation de Fiona Cumming fait honneur au scénario. Le Maître est de retour, mais il a un peu trop joué avec le Tissu Compression Eliminator, occasionnant sa diminution. Pour retrouver une taille normale, il lui est nécessaire de se baigner dans le gaz numismaton régénérateur au sein du volcan.

2105BJeune fille rêve à beau-papa. Kamelion saisit l’aubaine. Chaud chaud.

C’est également l’occasion de faire revenir Kamelion, qui sera l’instrument du Maître pour atteindre ce feu. On découvre ainsi que le robot polymorphe n’avait jamais quitté le TARDIS, bien qu’on ne parle plus de lui depuis cinq arcs. L’hyperdiscret vacille entre sa forme robot, celle du Maître et celle du beau-père de Peri durant tout l’arc, pour finalement disparaître tragiquement à l’issue de l’arc. On peut saluer cette résolution du mystère de « où est passé Kamelion ? » ainsi que le fait de lui avoir au moins accordé un arc digne de ce nom. Sa fin par la main du Docteur est déjà plus regrettable. Elle l’est d’autant plus que ce dernier laisse ensuite brûler le Maître alors qu’il lui demandait de l’aide ( au nom d’un lien particulier qui les unirait ? ). Deux actes qui auraient pu admettre « une autre solution », mais Five semble ne plus maîtriser son amertume. Le talent de Peter Davison fait que son Docteur a digéré toute la noirceur de son ère sans trop en faire, mais en montrant de temps à autre le signe que les événements le touchaient. De la mort d’Adric passée sous silence au départ de Tegan qui le perturbe encore, en passant par les massacres qu’il a rencontrés (celui des Siluriens en tête), il a fait évoluer son comportement avec finesse pour en arriver à lui faire assumer des actes qu’il n’aurait pas été capable d’assumer auparavant. Five reste profondément sympathique, mais il se mue peu à peu un personnage plus fermé qui traîne sa propre malédiction.

2105CPeri j’ai rétréci le Maître

Désireuse de voyager, la jeune américaine Peri (Perpugilliam) Brown débarque dans le TARDIS par un concours de circonstances plutôt bien agencé, et se paie le luxe d’y entrer en bikini. Son arrivée brutale et son adaptation rapide rappellent les premiers pas de Tegan dans Logopolis, avant que l’australienne ne fasse une crise à rebours. La sympathique Peri parvient en peu de temps à mettre le Maître en difficulté et ne voit aucun problème à rejoindre le Docteur à l’issue de l’aventure, parce qu’elle avait prévu de voyager trois mois. Cette adaptation est sans doute à mettre sur le compte du départ de Turlough, qui n’aura pas attendu bien longtemps après Tegan pour tirer sa révérence. Nous découvrons enfin dans cet arc quelle a été son histoire. Condamné à l’exil sur sa planète natale Trion, il fut marqué du sceau des prisonniers et envoyé sur Terre. Son père et son frère furent déportés sur la planète Sarn qui servait de pénitentier pour les Trions. Ainsi le Dieu Logar n’était-il qu’un vulcanologue Trion apparu au grand prêtre lors de son enfance alors que le jeune Malkon se révèle être le propre frère de Turlough dont le vaisseau de déportation s’était écrasé. Personnage énigmatique et atypique, très bien écrit, Vislor Turlough aura finalement eu une conclusion à la hauteur, sans doute la conclusion la mieux préparée et la moins hasardeuse pour un compagnon jusqu’ici. Il regagnera sa planète, visiblement gracié non sans avoir remercié le Docteur pour tout ce qu’il lui a appris. Il aura été le dernier compagnon masculin de la série classique.

2105DArrivederci Vislor Turlough

N : 8

IM : 7

21-04 Resurrection of the Daleks

21-04 Resurrection of the Daleks

De Eric Saward ( 4 épisodes )

Réalisation : Matthew Robinson

Londres. 1984. Près de la Tamise, deux hommes sont poursuivis par les troupes d’un certain commandant Lytton. Seul le sergent Stien parvient à s’échapper. Pendant ce temps, le même commandant Lytton, qui est un dupliqué contrôlé par les Daleks, fait route vers la prison stellaire dans laquelle est retenu Davros afin de le libérer. Les affreux de Skaro ont besoin de lui pour une mise à niveau urgente car les Movellans sont parvenus à les tenir en échec en développant un virus. A peine libéré de ses geôliers, le créateur des Daleks assure ses arrières pour reprendre le contrôle de sa création. Coincés dans un corridor temporel, Le Docteur, Tegan et Turlough atterrissent en 1984 sur les lieux de la première poursuite et sont bientôt rejoints par le Sergent Stien, en état de choc. Dans un entrepôt, ils font la connaissance d’une équipe d’intervention dépêchée sur les lieux après découverte de ce qui semble être des bombes. En réalité, il s’agit de capsules contenant le virus Movellan conservé pour créer un antidote. Le corridor temporel liant les Daleks à leurs troupes sur Terre s’ouvre et engloutit Turlough. Plus tard un Dalek apparaît, fermement décidé à ramener le Docteur sur le vaisseau ennemi. L’affrontement laisse Tegan inconsciente et contraint le Docteur à agir vite avec l’aide du sergent Stien.

2104La grande dernière du trio de choc

Sur demande express de Peter Davison qui ne pouvait pas partir sans affronter les Daleks, les affreux de Skaro sont de retour dans une fâcheuse posture. Cette rencontre Daleks / Five devait à l’origine avoir lieu en cours de saison 20 et être réalisée par Peter Grimwade, mais fut reportée pour cause de grève. Réalisé finalement par Matthew Robinson et scénarisé par le script editor Eric Saward, Resurrection of the Daleks pêche par manque de rythme, une certaine confusion dans l’exposition due à un trop grand nombre de personnages et une gestion spatiale pas toujours à la hauteur. Les décors peinent à se démarquer et à clairement isoler les différents lieux de l’action. Au-delà de ces défauts, il s’agit d’un arc Dalek tout à fait honorable en ce qu’il offre un condensé des problématiques qu’impliquent la présence des grands ennemis du Docteur. Contrairement aux cybermen qui ont été quelque peu dénaturés dans leurs dernières apparitions, nos Daleks restent fidèles à eux-mêmes. L’arc est hanté par la question du contrôle. Le Dalek suprême contrôle les autres Daleks et les agents « humains » tandis que Davros cherche à lui subtiliser ce pouvoir à l’aide d’un mystérieux appareil, occasionnant au final un clash entre deux camps. Le créateur hystérique des Daleks, plus gesticulant et vociférant que jamais (Adolf Hitler n’est pas loin), ainsi que le massacre qui s’ensuit traduisent bien le ridicule de cette course pour la domination.

2104BLa seule façon de le faire taire

Alors que Davros tisse sa toile, le Docteur découvre à ses dépends que Stein est un agent des Daleks. La partie la plus intéressante de l’arc tient dans ce personnage qui devra entrer en conflit avec la programmation qu’il a subi pour retrouver sa liberté. Un autre intérêt de cet arc est de voir le Docteur confronté au choix d’assassiner ou de laisser vivre Davros. Le très pacifique Five s’emparera d’une arme à feu pour finir un Kaled mutant devenu dangereux hors de sa coquille Dalek, puis pointera une arme sur la seule personne capable de redonner une chance aux Daleks de poursuivre leur guerre galactique. Confronter le Docteur à l’idée d’un assassinat cadre bien avec le coté sombre de l’ère de Five et annonce en quelque sorte les événements qui présideront à la nouvelle série. L’intention du Dalek Supreme de cloner le Docteur pour faire assassiner le Haut Conseil des Time Lords ouvre d’ailleurs la voie au conflit qui forcera le héros à passer de l’autre coté et les showrunners de la nouvelle série à faire de sa nocivité une question centrale. Resurrection of The Daleks verra le départ de l’attachante Tegan, lassée de cette tuerie de trop. Contrairement à Amy Pond, elle semble voir venir le coté le plus sombre du voyage de notre Time Lord. La compagne emblématique de Five ne s’amuse plus et son attachement au Docteur ne la fera pas rester. Les raisons de ce départ sont intéressantes, tant l’australienne est devenue une sorte de prolongement du Docteur. Five semble lui-même comprendre à travers sa réaction qu’il devient quelque chose qu’il a toujours cherché à fuir, et qu’il lui faut penser à s’amender.

2104CBrave heart Tegan, and Goodbye  😦

N : 7

IM : 7

21-03 Frontios

21-03 Frontios

De Christopher H. Bidmead ( 4 épisodes )

Réalisation : Ron Jones

Le Docteur, Tegan et Turlough se retrouvent dans un futur très lointain lorsque le TARDIS est assailli par une pluie de météorites et tracté sur la planète Frontios. Sur cette planète survit la dernière colonie d’être humains, qui a fort à faire entre les attaques de météorites orchestrées par un ennemi dont elle ignore la nature, la difficulté à conserver l’ordre et les nombreuses disparitions en ces rangs. Aussi l’arrivée de l’équipage du TARDIS n’est pas vue d’un très bon œil (comme d’habitude, me direz-vous). Suite à la disparition brutale du leader, le fiston de celui-ci est devenu capitaine, sous l’égide un peu trop protectrice de l’autoritaire chef de la sécurité Brazen qui ne fait guère confiance aux étrangers. Le chef scientifique Range et sa fille Norna acceptent néanmoins l’aide que le Docteur leur apporte en violation des règles de non intervention des Time Lords. Tegan est bientôt témoin de la disparition du nouveau chef alors qu’il se remettait d’une attaque cardiaque. Il a été enlevé par les tractateurs, des insectes géants très intelligents qui ont jadis attaqué la planète de Turlough. Ceux-ci se servent des forces restantes des humains kidnappés pour relier leur système à des machines minières. Ils ont pour plan de prendre possession de la planète.

2103

Dans cet arc, ce porte chapeau deviendra une arme redoutée

Le scénariste de Logopolis revient avec un arc dont le point de départ contredit étrangement l’épisode Utopia qui vit le retour du Maître dans la nouvelle série (dixième Docteur), faisant remonter l’extinction de l’Homme à une époque bien moins avancée que celle décrite dans la nouvelle série. L’affaire sera réglée par l’intervention de Five dans cet arc qui, s’il ne le dit pas clairement, a eu pour effet de prolonger la vie de l’espèce humaine. Nous assistons également dans cet arc à la destruction du TARDIS, dont les pièces ont été dispersées par une attaque de météorites au sol de Frontios, fait douteux lorsqu’on connaît l’indestructibilité du vaisseau du Docteur. Enfin, le scénario incorpore astucieusement des éléments du passé de Turlough, en l’occurrence l’attaque des insectes mineurs sur sa planète. Un événement qui déclenchera d’abord une panique incontrôlable chez le compagnon du Docteur, puis lui donnera une bonne dose de courage pour aller au devant de l’ennemi, ce qui est déjà une grande chose pour Turlough.

2103BTurlough a vu l’indicible. Un cloporte.

La production de l’arc fut touchée par le suicide du designer pressenti, puis par le meurtre de l’acteur devant interpréter le chef scientifique. Deux funestes événements qui n’ont pas pour autant découragée l’équipe de tournage. Frontios est de bonne facture, même s’il n’est pas irréprochable. Il pâtit évidemment des costumes de ses bad guys, encore un gros point faible de la série. Contraint de les faire apparaître, Bidmead en fit des cloportes géants qui passent nettement mieux lorsqu’ils sont filmés en gros plans que lors de mouvements dans le cadre. Les décors de l’arc sont plutôt pauvres (très post-apo) et l’interprétation de beaucoup d’acteurs se contente du minimum syndical. Heureusement Five est toujours aussi impliqué et Tegan est un parfait numéro 2. A l’heure où le successeur de Peter Davison était déjà connu (l’acteur souhaitait quitter Doctor Who), Janet Fielding pouvait se targuer d’être encore plus ancienne que lui dans la série. A ce stade, elle est devenue plus qu’une compagne et il devient difficile de dissocier ces deux-là. Une complémentarité qui renvoie de manière visible à celle que connaîtront Ten et Donna Noble. Le robot Kamelion est quand à lui toujours porté disparu.

2103CCinquième régénération en vue, et déjà la presbytie guette

N : 7

IM : 6

21-02 The Awakening

21-02 The Awakening

De Eric Pringle ( 2 épisodes )

Réalisation : Michael Owen Morris

En partance pour la Terre pour rendre une visite au grand-père de Tegan au village de Little Hodcombe. Le Docteur et ses compagnons y croisent des gens costumés. Il ne s’agit pourtant pas d’une erreur du TARDIS, mais d’un jeu de guerre visant à reconstituer une sanglante bataille qui eu lieu le 13 juillet 1643, durant la guerre civile anglaise. Ils sont capturés et menés à Sir George Hutchinson, le grand organisateur du jeu. Apprenant que son grand-père est porté disparu, Tegan s’enfuie pour partir à sa recherche. Les hommes de Hutchinson ne tardent pas à la récupérer et la forcent à se vêtir comme la reine de Mai, titre d’une femme qui mourut brûlée lors de la bataille en 1643. Il s’avère que le jeu n’est qu’une mascarade dissimulant la volonté du Lord de reproduire le même massacre. Le Docteur rencontre Will, un gamin de 1643 qui a pu traverser une faille temporelle émise par un grand amas d’énergie psychique. Une énergie qui sert à nourrir une entité maléfique dénommée Malus qui tient Sir George Hutchinson sous sa coupe. Le Docteur, Tegan, Turlough, une professeure locale et le jeune Will feront tout pour empêcher le massacre de se reproduire et pour retrouver Andrew Verney, le grand-père de Tegan.

2101Cap de brûler une femme pour faire comme nos ancêtres ?

Tiré d’un scénario qu’Eric Pringle avait déjà proposé à Robert Holmes dans les 70’s, The Awakening développe une idée qui se trouve dans le prolongement de l’arc précédent, à savoir que la violence nourrit le mal. Ainsi une poignée de rôlistes jouant des guerriers se transforment-ils en véritable guerriers pour reproduire une bataille qui ménera à l’avènement d’une créature maléfique dissimulée dans une église. C’est la première apparition de l’entité Malus qui, à l’instar du Mara, est une force maléfique douée d’ubiquité qui se nourrit des hommes. On le voit néanmoins sous la forme d’une statue derrière un mur, puis sous une apparition psychique ayant réussi à investir le TARDIS. Le scénario est souvent maladroit dans l’explication des failles, au point de devoir notamment ce justifier sur la présence physique de Will, qui n’est finalement pas une émanation immatérielle de son époque mais un vrai voyageur temporel.

2102BMalus, la nemesis des automobilistes

On peut également reprocher à cet arc de ne pas assez exploiter les retrouvailles de Tegan et de son grand-père. L’occasion aurait été parfaite pour en savoir plus sur l’australienne. Nous n’aurons droit qu’à quelques accolades et une invitation hors champ de l’arc à prendre le thé. Turlough demeure fidèle à lui-même, mais il semblerait que son degré d’altruisme se soit un peu développé. Une scène avec Kamelion devait être incorporée, mais fut coupée au montage, laissant encore le spectateur sans repère sur le destin du pauvre robot. Long dans son introduction et masquant mal son manque de moyens, The Awakening est le plus faible des arcs en deux parties de Five. C’est également le dernier des two-parter de la série à comporter des épisodes d’une durée avoisinant les 25 minutes.

2102COn ne l’y reprendra plus à visiter la famille

 N : 5

IM : 4

Saison 21 (1984) / 21-01 Warriors from the deep

21-01 Warriors from the deep

De Johnny Byrne (4 épisodes)

Réalisation : Pennant Roberts

Le Docteur a promis à Tegan de lui laisser voir l’avenir de son espèce. Aussi matérialise t’il le TARDIS en 2084. Pour éviter l’attaque d’un système de défense terrien, Le Docteur débarque avec ses compagnons Tegan et Turlough dans la base navale 4. Dans un monde qui voit de nouveau s’opposer deux blocs, la base secrète a été créee pour pointer l’arme nucléaire sur l’ennemi dans le cas d’une attaque. Les armes ne peuvent néanmoins pas être activées sans le contrôle d’un humain directement connecté à l’arsenal. Suite à la mort de cet homme, le jeune stagiaire Maddox se retrouve à occuper la fonction contre son gré. L’officier Nilson ne lui laisse guère le choix, ayant secrètement trouvé un moyen de manipuler l’esprit du gamin pour prendre le contrôle de l’arme. Mais au fond de l’océan, une autre menace émerge. Les siluriens, aidés des démons des mers qu’ils ont ramené à la vie, lancent une attaque contre la base. Le commandant Vorshak ordonne une riposte, ce qui permet à l’assaillant de mettre à plat leur armement. Le Docteur se propose d’aider à convaincre les Siluriens de trouver une solution amiable afin d’éviter un bain de sang dans les deux camps. Il devra se résoudre à l’idée que la race qui a précédé l’Homme sur la Terre a définitivement mis de coté ses intentions pacifiques.

2007De retour de la planète des coiffeurs pour le dernier round

Warriors from the deep est un arc classique dont la première partie introduit un équipage mené par un commandant opiniâtre, mais qui contient des traîtres à son bord. Il s’ensuit l’arrivée du Docteur et de ses compagnons et de nombreuses poursuites dans des couloirs, ainsi que des effets spéciaux et costumes pas convaincants pour deux sous. John Nathan Turner était peu aidé par le département FX de l’époque, le manque de temps et d’argent, et ça se voit beaucoup trop. Mais nous restons dans l’ère de Five, et il en faut bien plus pour couler un arc de Five. Après tant de personnages et de rencontres, repartir dans le TARDIS avec le Docteur, Tegan et Turlough fait l’effet d’une bouffée d’air frais. Couplé à l’intéressant casting de l’équipage de la base, le caractère entier des trois personnages réhausse considérablement les scories de l’arc. Si Turlough passe une grande partie de l’histoire à sauver sa peau et à maudire les terriens de leur absence de logique (et d’instinct de survie), l’impulsive Tegan représente la quintessence de ce qu’il rejette. Five est quand à lui plus à l’aise que jamais dans un arc très pessimiste où il joue le casque bleu. Il excelle à apporter l’humanité et un semblant de recul dans un affrontement qui n’a plus de règles.

2101BLa Myrkatastrophe est en marche

L’Homme est généralement le vrai bad guy des épisodes avec les Siluriens. Aussi l’attaque frontale de leur armée à la manière des Cybermen de la saison 19 (mais avec un guerrier Myrka!) a tout pour étonner. Rencontrant de nouveau Ichtar, de la Triade des Siluriens, le Docteur entreprend des négociations alors que celui-ci compte laisser s’entretuer les deux superpuissances en lançant l’arme atomique sur l’ennemi de la base navale 4. Five ne baissera pas les bras, empruntant les chemins de traverse pour éviter même de tuer l’agresseur. Les Siluriens ont cependant trop encaissé d’attaques des Hommes (on se rappelle du premier contact avec l’atomisation du Brigadier) pour ne pas passer de l’autre coté irrémédiablement. Devant le bilan des pertes de la fin de l’arc, le Docteur continuera de se dire qu’il y’aurait dû avoir une autre solution. Une manière de se convaincre en dépit du résultat que la violence est toujours le recours du plus faible. Puis l’épisode de couper net sur le visage grave du bon Time Lord, laissant le spectateur sans échappatoire.

2101C

N : 7

IM : 3

Episode Spécial 20ème anniversaire – The Five Doctors

Episode Spécial – The Five Doctors

De Terrance Dicks (90 mn)

Five, Tegan et Turlough s’apprêtent à se prélasser dans l’œil d’Orion lorsque le Docteur ressent une douleur soudaine. Quelqu’un est en train d’enlever ses anciennes incarnations et quelques compagnons (Le Brigadier, Sarah Jane et sa petite fille Susan) à leur époque respective pour les transporter dans la zone de mort de Gallifrey. Seul Four, coincé dans le vortex, n’arrive pas à destination. Tous les autres se retrouvent dupliqués en figurine sur un étrange tableau de jeu. Five et ses deux compagnons retournent dans le TARDIS et sont à leur tour transportés dans la zone. Ils ne tardent pas à y’ être rejoints par le premier Docteur et Susan, qui est toujours un boulet. Pendant ce temps, Le Maître a été convoqué par le Conseil des Time Lord qui a détecté un drainage intense de leur source d’énergie et eu ainsi connaissance des enlèvements de Docteur. Il lui est proposé d’aider les Docteurs à sortir de la zone en échange d’une grâce et d’un nouveau jeu de régénérations. Le Maître accepte. Les Docteur reconnaissent le lieu de leur captivité en apercevant la tour de Rassilon. Two y conduit le Brigadier tandis que Three, qui a embarqué Sarah Jane dans son auto Bessie s’y dirige également. One prend également la route accompagné de Tegan. Ils rencontreront sur leur route de vieux ennemis qui ont également été transportés dans la zone contre leur gré par le fieffé farceur.

2007Holala le type qui était déjà vieux dans les sixties qui nous fait la leçon…

Diffusé le 23 novembre 1983 aux Etats-Unis et le 25 novembre 1983 au Royaume-Uni, The Five Doctors célèbre à sa manière les vingt ans écoulés depuis que William Hartnell et ses trois passagers ont quitté les sixties pour se matérialiser chez les hommes de cavernes. Alors que l’ex script editor Robert Holmes était d’abord pressenti pour le scénario, c’est finalement au non moins renommé ex script editor Terrance Dicks qu’échouera cette tâche. Les remaniements furent nombreux en raison du casse-tête logistique de réunion des acteurs, certains n’étant finalement plus disponible au dernier moment. Richard Hurndall reprend le flambeau du premier Docteur, William Hartnell étant décédé en 1975. Nous aurons néanmoins le plaisir de le voir dans un pré-générique qui file quelques petits frissons. Tom Baker fit à John Nathan-Turner le même coup que Christopher Eccleston à Steven Moffat en 2013, avortant au passage la rencontre des cinq Docteurs qui aurait pu avoir lieu. Ce sont donc quatre Docteurs qui se retrouveront devant le tombeau de Rassilon, sous le grand parrainage du Lord President Borusa, le fieffé farceur qui a organisé ce petit jeu.

2007BNon Brigadier nous ne sommes pas des anciens combattants

Nous voilà donc de retour à Gallifrey où il y’a incontestablement quelque chose de pourri (à peu près tout en fait, ça fait peine à voir). Après la duplicité d’un conseiller ami du Docteur, c’est au tour du professeur et ami de longue date de notre TimeLord de péter un cable. Après des siècles de règne sur Gallifrey, Borusa profite de sa dernière régénération pour réclamer l’immortalité qu’il pense lui revenir de droit. Il doit pour cela déjouer les épreuves du tombeau de Rassilon (dans la grande Tour) afin de rejoindre le suprême Time Lord, qui lui a réussi à devenir immortel. Puisque Borusa est vieux et fainéant, il a préféré laisser les cinq Docteurs, quelques compagnons et le Maître se charger du travail en mettant sur leur chemin des cybermen, des daleks, des Yeti-Bot et des robots ninjas qui disparaissent lorsqu’ils sautent. Il en profite pour faire supprimer le Castellan, faux coupable idéal. Le vieillard se retrouvera au final pris à son propre piège, coincé pour l’éternité en statue du tombeau de Rassilon. Une ironie noire qui n’est pas sans rappeler celle du Wishmaster. Nous aurons ainsi l’infime l’honneur de rencontrer ce Rassilon dont on nous a tant parlé. Présenter la chute de Borusa à ce moment, alors que le thème de l’immortalité a parcouru cette saison 20, est encore ce qu’il y’a de plus logique dans ce grand téléfilm qui s’apparente plus à une réunion d’anciens (et de nouveaux, pour le cas de Five, Tegan et Turlough) qu’à un arc à part entière.

2107EBessie foule enfin le sol de Gallifrey

Le casting de la série n’a jamais autant été fourni en têtes connus : Outre les cinq Docteurs, Tegan, Turlough, Le Maître dans son incarnation actuelle, Le Brigadier, Susan, Sarah Jane, Jamie, Zoe, Liz Shaw, Yates, Romana II (en reprise de l’épisode Shada) et K9 sont de la partie. C’est la troisième mouture du chien robot qui apparaît en compagnie de Sarah Jane au début de l’arc, celle-ci se l’étant vu offrir pour la série K9 et Company, qui n’alla pas plus loin que son pilote diffusé en fin 1981, peu avant le premier arc de Five. Cette réunion n’est pas sans créer son lot de confusions, qui tiennent au fait que les Timelines des Docteurs enlevés sont souvent occultés. Ainsi Three parle t’il de fantômes du passé en évoquant une apparition de Yates alors qu’il lui est contemporain, Two paraissant quand à lui avoir connu le Maître, qui n’est pourtant apparu que lors de la deuxième saison de Three. Two, qui parle on ne sait pourquoi du lavage de cerveau de Jamie et Zoe alors qu’il ne l’a logiquement pas encore vécu et qui ne transporte de plus aucun de ses compagnons alors qu’il n’aurait jamais abandonné Jamie ou Zoe pour rendre visite au Brigadier. Le même Brigadier prétend quand à lui connaître Tegan alors qu’il ne s’agit visiblement pas de sa version plus agée qui a échappé à l’amnésie quelques arcs plus tôt.

2007CJ’ai bien compté ça ne fait pas cinq

Ces coquilles parmi d’autres tirent The Five Doctors vers un fan service géant parfois composé plus pour les rencontres que pour la cohérence mythologique. Moins savoureux que l’arc du dixième anniversaire, ce téléfilm contient tout de même de bonnes idées, la meilleure étant d’avoir adjoint Tegan au Premier Docteur pour donner un aperçu du choc des générations. Nous nous retrouvons au final avec un Five qui reprend le titre de Haut Président du Conseil des TimeLord, et qui déserte une nouvelle fois ses responsabilités, laissant à la conseillère Flavia les responsabilités de la fonction. Donnons lui une dizaine d’arcs avant d’être corrompue.

2007ERassilion, Time Lord suprême et lointain cousin de Jean-Rochefort

N : 7

IM : 8

20-06 The King’s Demons

20-06 The King’s Demons

De Terence Dudley ( 2 épisodes )

Réalisation : Tony Virgo

Le Docteur, Tegan et Turlough loupent la planète de Turlough et se matérialisent sur Terre en 1215, au beau milieu d’un duel entre le champion du roi Jean, Sir Gilles Estram et le fils du seigneur Fitzwilliam, qui défend l’honneur de son père. Jean Sans Terre accueille les membres du TARDIS amicalement, les appelant ses démons. Evaluant qu’ils se trouvent au jour où le roi prêta le serment des croisades, le Docteur suspecte que le ce roi Jean est imposteur. Ses soupçons viennent aussi se porter sur Sir Gilles. Un chevalier de la famille du Seigneur confirme les craintes sur le roi, qu’il vient de quitter à Londres. L’imposteur allant le torturer, le Docteur intervient en provoquant Sir Gilles en duel. Ce dernier se révèle être le Maître, qui a prévu de discréditer le roi afin qu’il y’ait des révoltes qui provoquent sa chute. Ainsi il ne pourrait jamais signer la Magna Carta, texte fondateur des futures constitutions et déclaration des droits. Pour cela, il utilise Kamelion, androïde intelligent capable de prendre n’importe quelle forme, que le Maître a visiblement sous son contrôle depuis son évasion de Xeriphas.

2006 Le roi John…ou pas.

Un arc en deux parties pour terminer une saison 20 qui est pour l’instant, avec la sixième, la meilleure de la série classique. L’initiative est judicieuse, comme ce fut le cas pour le two-parter de l’an dernier. Cette incursion au Moyen Age permet de souffler après l’intrigue du Gardien Noir et de retrouver un personnage historique important de l’Histoire anglaise, qui est traité ici avec bien plus de libertés que Richard Cœur de Lion sous le premier Docteur. Five prétend que les connaissances historiques de Tegan sont biaisées, que le roi Jean était en position de refuser la Magna Carta, mais qu’il a choisi en son âme et conscience de la signer. Une position qui place Jean comme le maillon fort de la signature de la Charte, nécessité pour servir le scénario de Terence Dudley. The King’s Demons bénéficie de son format court, mais se révèle en soit être un arc rythmé qui sait utiliser avec acuité les superstitions et les clichés du Moyen-Age, pour preuve ce déguisement du TARDIS du Maître en femme de fer, instrument de torture populaire dont l’existence réelle au Moyen-Age a été démentie.

2006BUn duel à l’escrime entre le Docteur et le Maître, réminiscence de three

The King’s Demon introduit Kamelion, androïde polymorphe que le Maître souhaite utiliser pour semer le chaos sur Terre , puis dans les systèmes de l’univers. Le coordinateur d’effets spéciaux Richard Gregory et l’informaticien Mike Power montrèrent le prototype à John Nathan-Turner et Eric Saward , qui furent impressionnés au point de commander cet arc pour intégrer Kamelion dans la série, et ce malgré les difficultés rencontrées quelques années plus tôt avec K9. On les comprend tant la voix de Gerald Flood couplée aux performances du robot donnent une impression de fluidité et de réel. Malheureusement, le décès de Mike Power peu après le tournage de cet arc firent que le robot ne fit plus d’apparition dans la série, bien qu’il ait effectivement rejoint le TARDIS en fin de cet arc.

2006C Entre les deux, son processeur balance

N : 7

IM : 5

20-05 Enlightenment

20-05 Enlightenment

De Barbara Clegg ( 4 épisodes )

Réalisation : Fiona Cumming

La convergence de messages du Gardien blanc et du Gardien Noir conduisent le TARDIS dans un mystérieux voilier, alors que le Gardien blanc prévient le Docteur et Tegan d’une course qu’il ne faut pas gagner. Le Docteur et Turlough partent en reconnaissance dans le voilier, qui semble de style Edwardien (du début du XXème), tout comme son équipage de matelots semble le confirmer. Restée dans le TARDIS, Tegan ne tarde pas à les suivre. Elle est aussitôt poursuivie des assiduités d’un des marins du navire, puis invitée à rester dans les lieux. Tous ne tarderont pas à comprendre qu’ils sont en fait dans un vaisseau. Les marins constituant le haut équipage du navire sont des éternels. Sous le commandant du capitaine Striker, ils participent à une course à travers le système solaire qui les met en compétition avec d’autres éternels. Leurs matelots ont été enlevés aux différentes époques de l’histoire des Hommes et ne sont là que pour divertir ces êtres supérieurs. Le Docteur comprend qu’il ne faut pas qu’un des vaisseaux gagne car le prix est l’illumination, soit le pouvoir absolu, que les immortels utiliseraient à leur guise. Accablé par le Gardien Noir qui souhaite le punir pour ne pas avoir tué le Docteur, Turlough saute par-dessus le bord du vaisseau et rejoint le vaisseau concurrent, piloté par la cruelle capitaine Wrack.

2005ELes soirées de l’ambassadeur sont toujours mieux sur Terre

Une scénariste et une réalisatrice (Fiona Cumming) pour un très bon arc qui explore une nouvelle fois dans cette saison le thème de l’immortalité. Enlightenment propose un univers à part dans la série, ainsi qu’une caste qu’on n’avait jusqu’ici pas eu l’occasion de voir. Des semi-dieux qui mènent une existence immortelle dénué d’émotions et de sentiments, et dont l’excitation réside dans cette course ainsi que dans leur jeu avec la vie des éphémères (tout ceux qui ne sont pas immortels). Ils évoquent les dieux grecs face aux mortels, mais l’apparition des matelots et la séparation des quartiers fait apparaître de façon plus prosaique le rapport de classe. Des gens oisifs se servant de l’amusement et l’excitation que peut leur procurer des gens qui sont de plus basse extraction, tout en se sentant supérieurs. On peut difficilement ne pas songer aux émissions de télé réalité qui peupleront les antennes une vingtaine d’années plus tard, exposant des pauvres bougres à des bourgeois satisfaits. La direction d’acteurs est remarquable. La froideur des éternels de l’Edwardien interpelle d’abord, puis provoque une méfiance qui se couple au fait qu’ils peuvent lire sans problème dans les pensées de tous, y compris du Docteur en dépit de son légendaire contrôle. Keith Barron (Striker) et Lynda Baron (Wrack) interprètent des leaders bien marqués (le stoicisme contre le cabotinage). On nous gratifie même d’un prétendant éternel pour Tegan. Le pauvre Marriner ne cesse de lui faire la cour durant tous l’arc, peinant à comprendre que la fascination qu’il ressent pour l’esprit en effervescence de l’australienne n’est rien d’autre qu’une forme déviante d’amour.

2005BAu moins les soirées ninja ne déçoivent jamais

Enlightenment n’était pas prévu pour figurer dans cette saison et bénéficia  de nombreuses réécritures pour servir de conclusion à la trilogie du Gardien Noir. Des réécritures qui transparaissent bien tant l’intégration des gardiens paraît artificielle en comparaison de l’intrigue de la course. Le retour des deux forces d’équilibre ne servira vraiment qu’à confronter Turlough au choix qu’il n’a pas su faire durant les trois arcs. Le rouquin cupide choisira étonnamment de rejoindre le Docteur, occasionnant un nouvel échec du Gardien noir. Le Docteur et Tegan ne broncheront pas lorsqu’il sera fait référence à la duplicité de Turlough. Savaient-ils tout depuis le début ? Peu importe. Il demeure intéressant que le script editor et la production aient choisi de poursuivre avec un compagnon qui ne soit pas un parangon d’intégrité. Une audace de plus à mettre au crédit de John Nathan-Turner et Eric Saward. Pendant ce temps, Five est plus à l’aise que jamais sans trop en faire et Tegan a clairement acquis ses galons de compagne importante. L’arc bénéficie enfin de bons effets visuels, ce qui ne gâche rien au plaisir!

2005DTurlough : Gueule de taré de l’année 1983 et nouveau compagnon régulier du Docteur

N : 9

IM : 6

20-04 Terminus

20-04 Terminus

De Stephen Gallagher (4 épisodes)

Réalisation : Mary Ridge

Sous les ordres du Gardien noir, Turlough sabote le TARDIS, causant une grave instabilité à bord de l’appareil. Une mystérieuse porte apparaît dans la chambre de Nyssa alors qu’elle effectue des expériences. Le Docteur lui ordonne de traverser la porte pour ne pas être tuée. Alors que le TARDIS a choisi de se matérialiser sur un mystérieux vaisseau pour se stabiliser, le Docteur passe à travers la porte et retrouve Nyssa. Ils font bientôt la connaissance de deux pilleurs de l’espace et manquent d’être capturés. Ils découvrent que le vaisseau est une sorte de léproserie spatiale dans lequel sont entreposés les malades du syndrome de Lazar. Ils sont censés y être soignés par un fort traitement de radiation, après avoir été transportés au soigneur à tête de chien, le Garm, par les gardiens de Terminus, les Vanir. Eux-même sont tenus en esclavage par la compagnie qui détient Terminus et qui détient l’hydromel qui les garde en vie. Une course poursuite s’engage pour échapper aux Garms et rejoindre le TARDIS tandis que Nyssa ressent les premiers symptômes de la maladie. Elle est capturée par un Garm pour être placée avec les autres malades. Pendant ce temps, la suspicieuse Tegan a quitté le TARDIS en compagnie de Turlough, qui est toujours sous l’emprise de son maître.

2004Le Docteur face au croisement improbable entre Bonnie Tyler et Pia Zadora

Deuxième arc du cycle du Gardien noir, Terminus est un arc très classique qui pourrait aisément se résumer à des personnages qui errent dans les couloirs d’un vaisseau gigantesque. Le background est intéressant et le cadre est malsain, bien que la représentation des lépreux spatiaux évite un réalisme trop saisissant. Comme ce fut le cas pour la peste il y’a peu, l’ère de Five aborde des sujets difficiles qui la tirent vers un programme plus adulte, tout en conservant un traitement relativement soft. L’arc comprend son lot de faiblesses, comme le fait de laisser la menace Turlough à l’écart du Docteur. Coincé avec Tegan, l’étudiant imposteur (qui ne fait même pas l’effort de cacher qu’il est un extraterrestre…) ne risque pas de réussir sa tâche de tuer le Docteur. Ainsi Terminus est-il un gigantesque cliffhanger à ce niveau. Il est aussi difficile de comprendre que l’idée de provoquer l’explosion originelle par un déchargement de matériaux instables ait pu être conservée, tant il est évident que rien n’existait avant le Big Bang.

2004BWho let the dog out? WOOF WOOF

La relégation de Tegan aura au moins permis de donner un dernier arc conséquent à Nyssa, qui fut bien souvent reléguée aux utilités face à l’envahissante et impétueuse australienne. Terminus est la fin du voyage pour la dernière survivante de Traken, qui réalise une sortie à la Romana après avoir eu très chaud pendant tout l’épisode. Consciente de pouvoir améliorer une technique de guérison expérimentée sur elle, elle décide de rester sur place pour aider les Vanir et le Garm à soigner les malades du syndrome de Lazar. On ne saurait trouver meilleure fin pour la compagne la plus douce du Docteur et on saluera l’interprétation en retenue et la présence de Sarah Sutton, qui aura joué de belles prolongations. Les émouvants adieux des deux copines laissent Tegan comme dernière représentante des enfants perdus de Five. Un choix judicieux étant donné que l’heure est à l’action et à la vigilance face à la menace du Gardien noir.

2004CGoodbye sweet Nyssa 😦

N : 6

IM : 6

20-03 Mawdryn Undead

20-03 Mawdryn Undead

De Peter Grimwade (4 épisodes)

Réalisation : Peter Moffatt

1983. Brendon Public School. Le jeune Turlough, extra-terrestre se faisant passer pour un étudiant terrien, entraîne un autre étudiant dans une course folle avec la voiture de son professeur de mathématiques. Il en résulte un grave accident, mais Turlough est sauvé de la mort par le Gardien noir, qui lui propose en échange de tuer le Docteur. A bord d’un TARDIS stoppé par une interférence, le Docteur, Tegan et Nyssa manquent de percuter un vaisseau. Ils se matérialisent à l’intérieur de celui-ci et découvrent que le problème provient de la déformation temporelle produite par ce luxueux croiseur coincé dans le temps. L’ellipse est causée par l’utilisation d’un transmat envoyé sur Terre. Le Gardien Noir conduit Turlough à ce transmat. A peine entré à l’intérieur, l’étudiant est téléporté dans le TARDIS. Le Docteur décide de le suivre en faisant le chemin inverse pour localiser le point de perturbation du transmat sur Terre. Nyssa et Tegan les rejoindront dans le TARDIS. Arrivé à Terre, le Docteur manque de se faire tuer par Turlough, mais ne s’en rend pas compte. Il fait bientôt la connaissance du professeur de mathématiques du jeune homme parti à sa recherche qui n’est autre que le Brigadier Lethbridge Stewart, qui s’est renconverti en prof à Brendon quelques années plus tôt ! Five se rend vite compte que le Brigadier souffre d’une amnésie concernant leurs aventures.

2003Le Gardien noir, grand pourvoyeur de bad trip

Pendant ce temps, Nyssa et Tegan ont fait atterrir le TARDIS au bon endroit, mais le Docteur et Turlough sont introuvables. Elles voient alors apparaître la capsule du transmat. A l’intérieur, elles découvrent un grand brûlé qu’elles pensent être le Docteur. Nyssa le transporte dans le TARDIS tandis que Tegan part chercher de l’aide. Elle rencontre alors le Brigadier nettement plus jeune, car elles ont atterri en 1977. En 1983, les discussions du Docteur ont ammené le Brigadier à se souvenir de leur passé et au prononcé du nom de Tegan, il avoue avoir rencontré la jeune femme en 1977. Accompagnés de Nyssa, ils secoururent le grand brûlé qui se faisait passer pour le Docteur en le conduisant jusqu’au vaisseau coincé de 1983. Le Docteur, accompagné du Brigadier de 1983, décide de rejoindre le même vaisseau pour intercepter cet homme et recroise alors la route de Turlough. Le grand brûlé secouru, Mawdryn, n’est autre qu’un des occupants du luxueux bâtiment. Autrefois lui et les siens volèrent le secre de régénération des TimeLords et sont désormais condamnés à vieillir sans jamais mourir dans un point de l’espace temps. Ils comptent bien profiter de la présence du Docteur pour renverser ce sort. Pendant ce temps, les deux versions du Brigadier se retrouvent sur le même vaisseau, menaçant de se rencontrer…

2003BAinsi j’aurais joué dans Doctor Who pendant des années…hmm m’en souviens pas

L’ère de Peter Davison est la première véritable ère de mémoire de la série. Le producteur John Nathan Turner et le script editor Eric Saward ont veillé à ce que les voyages précédant chaque arc ne soient pas oubliés et que les références au passé soient légions. Le vingtième anniversaire de la série ajoute encore à ce rituel, conférant à cette saison 20 un cachet étrangement familier, qui renvoie à la saison 7 que nous avons connue en 2013. C’est avec Five que la série devient consciente d’elle-même au point d’instaurer une cohérence dans sa mythologie et de revisiter son passé, chose que Steven Moffat fera aussi consciemment bien plus tard. Mawdryn Undead est de ces arcs qui jouent avec ce passé tout en amménageant le futur, constituant la meilleure des récompenses pour qui a suivi la série depuis ses débuts. La première grande surprise de l’arc est le retour du Brigadier par la grande porte, et plutôt deux fois qu’une. Lethbrige Stewart devient virtuellement l’arme de destruction la plus dangereuse que l’univers ait connu en menaçant de se rencontrer lui-même (prends ça retour vers le futur). Les croisements des deux versions dans le vaisseau luxueux des non-morts et les efforts faits par le Docteur, Tourlough et même le gardien noir pour empêcher la rencontre durant toute l’aventure entrent dans les meilleurs moments de comédie de Doctor Who, englobant la série moderne. On comprend très vite que l’amnésie du Brigadier est due au fait que la rencontre aura effectivement lieu, mais cela ne fait qu’ajouter à la cohérence d’un scénario exemplaire qui a bien d’autres tours dans son sac.

2003DZAP !

Les retrouvailles avec le Brigadier, comprenant tout ce qu’elles ont d’émouvantes (ha ! ces images du passé), de cocasses, et d’étranges (un retour de Ian Chesterton était initialement envisagé, d’où cet étrange poste de professeur) ne sont pas les seuls éléments intéressants de Mawdryn Undead. L’arc se présente comme étant la première partie de la trilogie du Gardien Noir, qui introduit le personnage de Turlough comme premier compagnon à la solde d’un ennemi du Docteur. On avait quitté le Gardien Noir après la défaite qu’il avait essuyée contre Four, Romana et K9 dans son appropriation de la clé du Temps. Le voilà de retour et bien décidé à en finir avec le TimeLord par le biais d’un lieutenant malgré lui peu compétent à la tâche. En parallèle, nous suivons l’histoire principale du vaisseau scientifique et de ses occupants, comprenant le Mawdryn du titre. Les scientifiques ayant volé le secret de la régénération s’exposent à une fin horrible et éternelle, à moins que le Docteur ne leur donne ses huit régénérations restantes, s’exposant par cela à être rayé de l’ordre des TimeLords. Le Docteur s’y refusera jusqu’à ce que Tegan et Nyssa soient impliquées. Ayant attrapé le mal des scientifiques, leur vieillissement accéléré (visuellement impressionnant) contraint le Docteur à accepter le marché. Si la mort d’Adric a été passée sous silence, on comprend aisément que le Docteur ait été touché au point d’être capable de tout sacrifier pour épargner ses compagnes restantes.

2003E

Nyssa et Tegan ont déjeuné sur la mauvaise planète

Heureusement, le bug Lethbridge Stewart viendra résoudre la situation par un sens du timing surprenant. Car la plus grande qualité de Mawdryn Undead est de combiner toutes ces intrigues sans jamais se perdre et dans une mise en scène très étudiée. On passe d’une époque à l’autre en deux secondes, on plonge dans la mythologie, on savoure des rencontres inopinées et on découvre de nouveaux concepts temporels wibbly woobliens tout en partageant de nombreuses références. On voyage loin avec peu de moyens. Pas de doutes. L’influence majeure de Steven Moffat est bien l’ère de Five, et à beaucoup de niveaux, cet arc égale ses meilleurs travaux. Et quand on sait qu’il a été commandé en urgence par la production en remplacement d’un arc abandonné, on tire une nouvelle fois son chapeau au scénariste Peter Grimwade.

N : 10

IM : 7