5-05 The Web of Fear

5-05 The Web of Fear

de Mervyn Heisman et Henry Lincoln (6 épisodes)

Réalisation : Douglas Camfield

Salamander est vaincu, mais le TARDIS se retrouve coincé dans l’espace par une étrange substance. Parvenant à s’échapper, Le Docteur, Jamie et Victoria apparaissent dans le métro londonien quarante ans après le retour du Professeur Travers du Tibet avec le costume…heu la dépouille d’un Yeti-Bot. Mais une sphère de contrôle a réactivé le Yeti et bientôt, la même substance qui retint le TARDIS prolifère dans le métro. Une équipe de militaires tente de faire exploser le tunnel du métro pour éradiquer cette toile, mais les Yeti-Bot désactivent la bombe (…). Les militaires capturent Jamie et Victoria, qui finissent par rencontrer le Professeur Travers et sa fille (pas la vraie, car rappelons-le l’interprète de Travers est le papa de Deborah Watling), et le Docteur disparaît dans le métro.

Image

Le Professeur Travers encore une mauvaise passe

Le duo Heisman / Lincoln est de retour avec les Yeti-Bots, upgradés dès leur deuxième apparition comme le furent les cybermen. Mais ils n’en sont pas plus effrayants, même pourvus d’un hurlement caractéristique et tout bullet-proof qu’il sont. En dehors de leur écosystème, les Yétis apparaissent encore plus comme une faute de goût . Mais qui dit Yeti-Bot dit Grande Intelligence, qui remet le couvert pour une nouvelle tentative de devenir le gros big bad post-Dalek de la série. L’entité manipulatrice est d’abord intéressée par le chaos dans Londres, puis par Travers et enfin par l’esprit du Docteur.

Image

Les Yeti Bot 2.0, une certaine idée de l’horreur dans le métro

Les poursuites à répétition dans le métro et les scènes à la surface plaident encore une fois pour un retour à des arcs à quatre épisodes, les six-parter de cette saison 5 ayant en commun un gros problème de rythme, qui passe d’autant moins que contrairement à la première saison, presque tous les épisodes sont ici reconstitués. Il y’a pourtant de bonnes idées, comme celle de faire revenir le Professeur Travers et de le confronter quarante ans plus tard à ceux qu’il avait connu au Tibet. Ainsi peut-on enfin voir les voyages du Docteur et de ses compagnons du point de vue d’une existence humaine normale. Les scénaristes jouent plutôt habilement sur la paranoïa suscitée par la capacité de contrôle d’esprits de la Grande Intelligence. Et puis le Docteur rencontre dans cet arc le colonel Lethbridge Stewart (Nicholas Courtney, qui jouait Bret Vyon dans The Dalek’s Master plan), qui deviendra un personnage important dans le futur.

505D

Le colonel Lethbridge Stewart, futur Brigadier

N : 5

IM : 6

Seul le premier épisode fut conservé par la BBC. Quelques secondes de l’épisode furent découvertes en Australie et rendus à la BBC par Damien Shanahan en 1996. Il s’agissait une nouvelle fois des parties censurées pour leur violence. Le 11 octobre 2013 la BBC mit à disposition sur iTunes l’intégralité de 5 des 6 épisodes suite à la découverte de copies au Nigeria. Il ne manque plus que l’épisode 3. Le 23 novembre 2020, la BBC annonce que cette partie manquante sera bientôt disponible en version animée avec les bandes audios d’origines.

4-07 The Macra Terror

4-07 The Macra Terror

De Ian Stuart Black (4 épisodes)

Réalisation : John Davies

Le Docteur et ses compagnons débarquent dans le futur sur une planète colonisée par des humains. Après avoir arrêté un fugitif, ils sont conduits à la base de ces colons qui font d’étranges numéros musicaux avec des majorettes (wtf ?!) et se voient dicter des ordres et des messages d’encouragement par le Contrôleur, sorte de Big Brother en plus jeune. Sauf qu’ici nous ne sommes pas dans un monde austère, mais un monde de plaisirs et de loisirs. Les visiteurs ne tarderont pas à découvrir que derrière le vernis se cache une vérité autrement plus honteuse, et que le Contrôleur est l’outil d’insectes despotes, les Macras.

Image

Des majorettes. Pas très futuriste tout ça…

The Macra Terror est un épisode avec de bonnes idées, dont l’exécution est pourtant loin d’être à la hauteur. Le monde futuriste est banal, les bestioles ne terrifient pas particulièrement, les rebondissements sont dans la routine de la série. Autant dire qu’on s’ennuie ferme, on aimerait que ça passe plus vite et que les enjeux exposés et les problèmes que l’hypnose des macras apporte au groupe du Docteur soient traités plus frontalement. La plus grande surprise de The Macra Terror, c’est encore son nouveau générique qui signifie, s’il en était encore besoin que le deuxième Docteur is in da place.

Image

Ben n’est pas le seul espoir des neuneus. Heureusement.

Au niveau des personnages, Patrick Troughton fait encore une fois la moitié du boulot. On est cependant amusés de voir Ben et son esprit faible tomber à pieds joints dans le piège de l’hypnose qu’il avait contourné lors de son premier épisode et de voir Polly manifester pour Jamie autre chose que de la compassion pour un être moins évolué. Jamie semble bien plus impliqué que les compagnons du présent, ce qui lui permet de sortir un peu de son rôle de gentil écossais bien brave, mais il nous improvise tout de même des danses de son pays (qui ne seront pas reconstituées pour le coup). Hihi.

Image

Big Brother tel que le voient une bande d’insectes

 

N : 3

IM : 4

Aucune partie complète des bandes originales de Macra Terror ne furent retrouvées. Néanmoins, quelques minutes de l’arc censurés à l’étranger ont pu être retrouvés en Australie et rendus par Damien Shanahan en 1996. Ces quelques passages montrent Ben se battant contre les Macras ou bien Jamie face à eux.

4-05 The Underwater Menace

4-05 The Underwater Menace

de Geoffrey Orme (4 épisodes)

Réalisation : Julia Smith

Le premier voyage de Jamie l’écossais sera sous la mer, aux côtés des Atlantes (habitants d’Atlantis). Arrivés sur une île volcanique, les quatre sont capturés par le peuple perdu, conduits dans les profondeurs, puis promis au sacrifice pour le dieu Amdo. Le Docteur parvient à les sauver en rusant auprès du Docteur Zaroff, étrange scientifique qui se révélera au final bien plus fou que les obscurantistes. Promettant aux Atlantes de faire remonter Atlantis à la surface de la Terre, il souhaite drainer l’eau de l’océan vers le noyau interne de la planète, ce qui mènerait à sa destruction. Le Docteur est bien décidé à prévenir les prêtres pour empêcher le massacre. Pendant ce temps, Jamie et Ben sont conduits aux mines avec d’autres naufragés et Polly manque de se faire transformer en femme poisson…

405D.jpg

Un arc au trois quart reconstitué qui donne la possibilité de confirmer la finesse du jeu de Patrick Troughton. Il trouve un adversaire particulièrement retors en la personne du Dr. Zaroff, scientifique fêlé et fourbe qui n’hésite pas à tirer dans le dos de ses ennemis ou à simuler une crise cardiaque pour les poignarder ensuite, et aussi à crier « PLUS RIEN NE POURRA M’ARRETER MAINTENANT. HAHAHAHA ». On l’aura compris, Joseph Furst ne fait pas dans la dentelle mais l’arc se laisse suivre sans déplaisir.

Image

-PLUS RIEN NE POURRA M’ARRETER MAINTENANT. HAHAHAHA !!!!

Il est dépaysant de se retrouver parmi les atlantes et nous faisons même connaissance avec des hommes transformés en (costumes de) poissons qui exécutent d’étranges danses sous-marines que la réalisatrice se plaît visiblement à filmer. La spécificité de Jamie (c’est un type du 18ème qui vient d’Ecosse) est encore peu utilisée mais Frazer Hines semble un peu plus impliqué et imprévisible que Anneke Wills et Michael Craze. Au final, le Docteur paye sa dette au peuple des atlantes qui lui doit une fière bretelle. Il commence à les collectionner…

Image

Les hommes poissons, encore plus flippants en mouvement

N : 5

IM : 3

Pendant très longtemps, la BBC n’avait que la troisième partie de l’arc. Seules quelques secondes supplémentaires furent découvertes en Australie et rendues à la BBC par Damien Shanahan en 1996. Une nouvelle fois des parties censurées à l’étranger comme la scène où Zaroff se noie. En décembre 2011, la deuxième partie fut rendue à la BBC avec la troisième partie de « Galaxy 4 » par un collectionneur les ayant retrouvé dans les bobines d’un ingénieur de la BBC. Cette seconde partie n’a jamais été rediffusée par la BBC à ce jour.

3-05 The massacre of St Bartholomew’s eve

3-05 The massacre of St Bartholomew’s eve
De John Lucarotti & Donald Tosh (4 épisodes)

Réalisation : Paddy Russell

Steven et le Docteur atterrissent en France en août 1572. A quelques jours du mariage d’Henri de Navarre et Marguerite de France, les tensions entre catholiques et protestants sont alors au plus haut, malgré la paix de St Germain (qui mit fin aux guerres civiles cathos/protestants). Le Docteur ne pense alors qu’à aller rendre visite au scientifique Charles Preslin. En l’attendant dans un bar, Steven sympathise avec des huguenots et rencontre une jeune fille en fuite qui a entendu des officiels évoquer un événement dramatique, qui pourrait se reproduire dans les jours prochains. Steven découvre bientôt que le Docteur est devenu l’Abbé d’Amboise, ennemi de la cause de ses nouvelles connaissances.

Image

Le Docteur et Steven Taylor, qui commence à en avoir marre que tout le monde meure…

Recocorico. Après la Terreur, Lucarotti, qui semble bien aimer les turpitudes de Histoire de France, s’attaque à un autre triste épisode de notre Histoire. Moins long et malgré le fait qu’on se trouve devant un épisode reconstitué, ce Massacre of St Bartholomew’s Eve est plutôt habilement mené. Il se concentre sur les tensions politiques et montre la complexité des causes qui ont mené à l’événement, notamment la tentative d’assassinat de l’amiral Coligny, proche du roi Charles IX, par sa propre mère Catherine de Medicis et le Maréchal de France Tavannes (L’influence de Catherine de Medicis et le fait que Coligny et Charles soient aussi proches n’est pas prouvée, mais tout le suggère ici).

Image

Tavannes, Catherine de Médicis, Charles IX et Coligny. En route vers l’irréparable

Les scénaristes se sont bien gardés de décrire en détail le massacre et les journées qui ont suivi, fournissant une porte de sortie au Docteur et Steven au tout dernier moment (il valait mieux pour eux !) en laissant derrière la jeune fille que Steven voulait protéger. Une bonne manière de revenir sur la règle d’or du Docteur de ne pas intervenir dans l’Histoire. Règle qui passe en travers de la gorge de l’impétueux compagnon, qui décide de quitter le TARDIS pour en finir avec ces rencontres de gens qui mourront inévitablement sans qu’il ne puisse rien faire. Le Docteur se retrouve ainsi seul, dépouillé de sa garde et entre dans une complainte…jusqu’à ce qu’une jeune fille étrangement volontaire, Dodo, arrive dans le TARDIS pour prévenir la police d’un accident. Steven fait aussi marche arrière. Nous arrivons donc en l’espace d’une minute de zéro à deux compagnons.

Image

Les bars parisiens : lieu de rencontre entre jeunes filles perdues, huguenots et voyageurs temporels anglais.

N :  6

IM :  5